"Le traité transatlantique est mensonger"

15/05/14 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: Le Vif

"Le traité transatlantique fait la part belle aux multinationales et aux riches au détriment des droits sociaux et écologiques des citoyens", a dénoncé le secrétaire général de la CNE, Felipe van Keirsbilck, lors d'un point presse organisé place Poelaart, à Bruxelles, après la dispersion de la manifestation qui s'est déroulée jeudi matin à l'occasion de l'European Business Summit. Quelque 240 interpellations ont eu lieu lors de cette manifestation, dont l'objectif était d'arrêter les négociations du traité transatlantique.

"Le traité transatlantique est mensonger"

© @occupybrussels

Felipe van Keirsbilck a dénoncé "des négociations secrètes inconnues des citoyens". Il estime que celles-ci "doivent être dévoilées au grand public car les résultats de ces négociations seront très préjudiciables".

"Ce traité est censé générer des millions d'emplois, mais il est mensonger. On a déjà eu l'exemple du traité ALENA (l'accord de libre-échange nord-américain) signé il y a 20 ans. Il était également censé créer des millions d'emplois, or, à l'inverse, ce sont des millions de jobs qui ont été perdus tant aux Etats-Unis qu'au Mexique."

"Le traité est censé améliorer le commerce entre les USA et l'Europe alors qu'il existe à l'heure actuelle déjà très peu de barrières tarifaires entre eux. La réalité, c'est qu'on veut détruire les barrières non-tarifaires, c'est à dire les règlements, soit tout ce qu'ils considèrent comme un entrave au commerce."

240 arrestations administratives

Au total, 240 manifestants ont été arrêtés administrativement dans le cadre de la manifestation visant à empêcher l'European Business Summit jeudi matin à Bruxelles, a annoncé le porte-parole de la zone de police Bruxelles-capitale Ixelles, Christian De Coninck. Les manifestants n'ont néanmoins pas respecté cet accord puisque certains d'entre eux ont tenté d'encercler le Palais d'Egmont où se tenait le sommet, a précisé Christian De Coninck.
Les personnes interpellées jeudi matin seront relâchées dans le courant de l'après-midi.

Nos partenaires