Le trafic ferroviaire quasi à l'arrêt en Wallonie, 65% des trains circulent en Flandre

27/05/16 à 13:11 - Mise à jour à 13:11

Source: Belga

(Belga) Le trafic ferroviaire est comparable vendredi à la situation qui prévalait la veille, avec des perturbations plus importantes au sud du pays. A la mi-journée, 65% des trains circulaient en Flandre, tandis que la situation sur les grands axes a peu évolué par rapport à la matinée. En Wallonie, le trafic est pratiquement nul.

Au sud du pays, outre les liaisons Namur-Bruxelles et Nivelles-Bruxelles qui sont assurées depuis 08h00, il est possible pour les navetteurs de relier Assesse et Namur, Arlon et Namur, Yvoir et Namur, Arlon et Luxembourg ainsi que Virton et Libramont, avec un passage "au moins toutes les heures à toutes les deux heures", a indiqué Nathalie Pierard, porte-parole à la SNCB. De manière plus sporadique, les voyageurs peuvent aussi se déplacer entre Louvain et Ottignies ainsi qu'entre Louvain et Liège via la ligne 36. En Flandre, les lignes les plus touchées par le mouvement de grogne des cheminots sont celles reliant Gand-Termonde-Jette et Gand-Courtrai, où 40% du service est assuré. Entre 08h00 et 09h00, 58% des trains effectuaient la liaison entre Ostende et Bruxelles, 53% entre Anvers et Bruxelles et 50% entre Anvers et Essen et Gand et Malines. Sur la ligne Hasselt-Louvain-Anvers, les trajets étaient assurés à 57%. "Il est difficile d'évaluer si la situation va encore évoluer", affirme le porte-parole d'Infrabel Thomas Baeken, selon qui il est probable qu'elle reste identique, excepté à l'heure de pointe où le trafic ferroviaire risque de se faire encore plus rare. Les perturbations observées en Flandre sont la conséquence de la grève spontanée initiée par les syndicats francophones CSC-Transcom et CGSP-Cheminots mercredi soir. Les ailes flamandes de ces organisations syndicales se sont désolidarisées des actions, mais certains de leurs membres se sont également croisé les bras au nord du pays. Les négociations entre les directions des chemins de fer et les syndicats, qui protestent contre une note relative aux jours de compensation, ont repris ce vendredi à 11h30, après une première réunion jeudi qui s'est soldée par un échec. (Belga)

Nos partenaires