Le top 10 des communes wallonnes où il fait bon vivre

12/05/14 à 12:15 - Mise à jour à 12:15

Source: Le Vif

Dans quels coins de Belgique se sent-on le mieux? Un nouvel indicateur publié lundi par l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS) révèle que Ottignies-Louvain-la-Neuve est la commune wallonne qui présente l'indice des conditions de bien-être le plus élevé.

Le top 10 des communes wallonnes où il fait bon vivre

© Thinkstock

L'est de la province de Liège, l'est de la province de Luxembourg et le nord du sillon Sambre-et-Meuse sont les régions de Wallonie où le bien-être est le plus élevé, selon ce nouvel indicateur publié lundi par l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS). Le top 10 des communes ayant obtenu l'IBCE le plus élevé est composé d'Ottignies-Louvain-la-Neuve, Amblève, Saint-Vith, Assesse, Büllingen, Grez-Doiceau, Donceel, Vaux-sur-Sûre, Attert et Tintigny.

Le gouvernement wallon a décidé en novembre 2012 de se doter d'un set d'indicateurs synthétiques complémentaires au PIB et a chargé l'IWEPS de les développer et les calculer. L'ICBE s'apparente à une "mesure des conditions de bien-être, c'est-à-dire une mesure de la qualité de l'environnement de vie, au sens large, dans lequel évoluent les individus, générateur de conditions plus ou moins favorables à l'émergence d'un état de bien-être individuel et collectif", explique-t-on.

Parmi les nombreuses données, on trouve la sécurité routière, le taux de criminalité, les revenus des habitants, les places d'accueil pour la petite enfance, les sources de pollution, l'accès à l'emploi et au logement (le prix des terrains à bâtir), le pourcentage de ménages monoparentaux, l'accès à la santé, la désaffection électorale, ou encore l'accès à un commerce alimentaire de proximité...

Il se présente sous la forme d'une distribution de valeurs communales avec un score moyen régional de 0,55. "Entre la commune la moins favorisée (0,42) et la commune la plus favorisée (0,65), l'écart est faible et témoigne d'une tension réelle, mais modérée entre ces deux extrêmes", commente l'IWEPS.

Trois groupes contrastés de communes ont été identifiés. Le plus favorable comprend le nord et la bordure sud du sillon industriel, la communauté germanophone (plus Waimes et moins Eupen), et l'est de la province de Luxembourg. Dans le groupe moyen figurent le centre des provinces de Liège, Luxembourg et Namur. Enfin, le groupe faible rassemble le sillon industriel à prédominance urbaine, de Verviers à Tournai et Mouscron, mais interrompu par Huy-Andenne, Beloeil-Péruwelz et Pecq-Estaimpuis.

En savoir plus sur:

Nos partenaires