Le territoire wallon, un gruyère économique

05/04/13 à 06:52 - Mise à jour à 06:52

Source: Le Vif

Exclusif. L'économiste Bruno Colmant a rédigé une étude à l'intention du président du PS, Paul Magnette. Sa conclusion est sans appel : l'absence de lien entre la politique de l'aménagement du territoire et le développement régional est un désastre.

Le territoire wallon, un gruyère économique

Ce n'est, en soi, pas banal. L'économiste Bruno Colmant, membre de l'Académie royale, professeur à l'UCL et à la Vlerick, ancien chef de cabinet de Didier Reynders et ex-patron de la Bourse de Bruxelles, a mené gracieusement une étude pour Paul Magnette, président du PS et bourgmestre de Charleroi. Aujourd'hui actif au sein du bureau de consultance Roland Bergé, Bruno Colmant estime qu'il s'agit là d'une "contribution à la société".

L'étude en question, dont Le Vif/ L'Express peut révéler le contenu, concerne l'aménagement du territoire en Wallonie, et plus précisément son lien avec le développement régional. Le constat de Bruno Colmant, qui a mené une étude comparant le système wallon avec ceux d'autres pays et régions dont la Flandre, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Angleterre et les Etats-Unis, est sans appel. "Il y a urgence à repenser la géographie économique de la Wallonie, c'est une notion dont on ne mesure pas assez l'importance du côté francophone", dit-il. "En Flandre par exemple, il y a une vraie réflexion à ce sujet. Il y a deux pôles prioritaires pour les activités économiques, Anvers et Gand, mais également onze sous-régions privilégiées pour l'installation de zonings industriels. Elles couvrent tout le territoire régional. C'est une vision centralisée. Chez nous, rien de tout cela... On a de grands trous dans le fromage."

Pour remédier à cette situation, Bruno Colmant suggère une série de pistes. Tout d'abord, le projet régional doit être plus directif, plus énergique dans sa coordination et plus cohérent dans sa liaison entre la politique d'aménagement du territoire et la gestion de l'économie. "Cela semble justifier l'existence d'organes centraux de concertation et de coordination, de préférence indépendant". Ensuite, "il faut repenser la politique d'aménagement avec des éco-systèmes qui relient l'entreprise et l'enseignement dans un partenariat privé-public. Un bel exemple, c'est le redéploiement réussi de Chrleroi qui recrée des centres d'expertise autour de son aéroport." C'est d'ailleurs sur base de ce constat que Bruno Colmant a mené ce travail d'enquête à l'intention de Paul Magnette.

Le président du PS réagit : "Si nous disposons en Wallonie de beaucoup de données statistiques, il manque clairement d'une instance qui les analyse et en tire des conclusions prospectives." Et encore : "La Wallonie est en train de redécoller, c'est très net. Depuis 1988, nous avons arrêté de perdre des emplois. Et depuis une dizaine d'années, nous sommes en progression. Mais il ne faut pas que cela se limite à l'axe Bruxelles- Luxembourg ou aux deux pôles de Liège et du Hainaut. Il y a toute une série de petits interstices qui restent en souffrance: la région du Centre, le Sud Namurois, la région de Verviers... Sur base de ce constat, oui, sur le plan économique, une stratégie d'aménagement du territoire plus centralisatrice, jacobine j'ose le mot, serait indispensable."

Olivier Mouton


Retrouvez l'intégrale de notre enquête dans Le Vif/L'Express de cette semaine.

"Dans le projet de révision du Sder actuellement à l'étude, il n'y a aucune carte !"
Bernadette Mérenne, professeur de géographie économique à l'université de Liège, a contribué à l'étude réalisée par Bruno Colmant. Grande spécialiste de la question, elle s'indigne. "Cela fait vingt ans que je dis qu'il faut davantage de lien entre l'aménagement du territoire et le développement économique régional." La seule tentative de raisonner de façon plus stratégique, estime Bernadette Mérenne, date du Schéma de développement de l'espace régional (Sder) de 1999. Nous publions ci-dessus cette carte assez précise (aussi visible en détails via ce lien). "Mais ce schéma n'avait aucun effet contraignant. Et dans le projet de révision du Sder actuellement à l'étude, il n'y a aucune carte !"

En savoir plus sur:

Nos partenaires