Le survol de Bruxelles plombe le dernier Conseil des ministres

25/04/14 à 12:10 - Mise à jour à 12:10

Source: Le Vif

Le chef de file MR au gouvernement fédéral, Didier Reynders a invité vendredi le secrétaire d'Etat cdH Melchior Wathelet à "corriger" ses "erreurs" dans le tracé des routes aériennes au-dessus de Bruxelles. Le cdH a dénoncé l'électoralisme du ministre réformateur.

Le survol de Bruxelles plombe le dernier Conseil des ministres

© Thinkstock

Ces échanges avant la réunion du comité ministériel restreint ont quelque peu terni l'ambiance plutôt sereine au sein du gouvernement réuni vendredi pour son dernier Conseil des ministres de plein exercice de la législature. En attendant la mise en place d'une autorité de contrôle des nuisances aériennes, "on peut déjà faire deux choses", a commenté Didier Reynders.

"Il est possible de modifier les erreurs du plan Wathelet, soit via le Conseil des ministres, soit via M. Wathelet lui-même", a-t-il précisé. Reprochant au secrétaire d'Etat de ne pas "avoir choisi les bonnes routes", le chef de file MR a fait observer qu'il en existait d'autres, comme celle du ring qui permettrait de préserver la santé des Bruxellois et des habitants de l'Oostrand.

"Une erreur commise par un secrétaire d'Etat peut être corrigée par un secrétaire d'Etat", a-t-il insisté, estimant que le survol de Bruxelles était la conséquence d'une "décision individuelle" de M. Wathelet. Rappelant que les nouvelles routes étaient le fruit d'accords de 2008 et 2010, auxquels le MR était partie prenante, Melchior Wathelet n'a pas du tout apprécié cette attaque. "Quelle erreur est-ce qu'il a lui commise puisqu'il a validé le même accord? Il essaie de prendre un autre point de vue à un mois des élections alors qu'il ne s'était jamais insurgé jusqu'ici, c'est un peu fatigant", a réagi le secrétaire d'Etat cdH.

"Il se désolidarise d'une décision qu'il avait négociée en 2008 et 2010", a répété M. Wathelet, rappelant les nombreux courriers reçus de la part de mandataires MR lui demandant "l'éclatement du virage gauche" qui a guidé les nouvelles routes. La vice-première ministre cdH Joëlle Milquet a appuyé son secrétaire d'Etat. "Je sais qu'on est en élections mais l'accord du gouvernement Leterme associait le MR, le FDF, le PS et le cdH", a-t-elle rappelé.

Le secrétaire d'Etat a déposé au Conseil des ministres un avant-projet de loi visant à créer l'autorité de contrôle des nuisances. Un accord est intervenu vendredi au sein du comité restreint permettant à l'administration des Transports de préparer le terrain de sorte que le projet puisse être rapidement approuvé dès que la Chambre sera à nouveau réunie. "Dépolitisée", cette institution permettrait d'avancer loin des crispations, a indiqué la cheffe de file PS Laurette Onkelinx. Plaidant pour une diminution du nombre de mouvements dans le ciel bruxellois, cette dernière a estimé qu'on pouvait "marquer quelques étapes" alors que le gouvernement entrera dans les prochaines en affaires prudentes et que les chambres seront dissoutes.

Plaidant une diminution des vols, Laurette Onkelinx et Joëlle Milquet ont défendu l'idée d'allonger la période d'interdiction des vols pendant la nuit, l'envoi du fret et des charters vers les aéroports spécialisés et la révision des pistes. "Cela vient très tard et dire qu'on va faire tout cela avant les élections n'est pas possible mais on peut mettre quelques initiatives sur les rails", a souligné Mme Onkelinx. Joëlle Milquet a renvoyé au "forum de concertation" au sein duquel siègent les associations de riverains. Ce forum pourra "préparer des solutions structurelles pour le prochain gouvernement", a-t-elle dit. "Ce n'est pas en faisant des joutes électorales qu'on trouve des solutions pour les gens", a-t-elle insisté.

Nos partenaires