Paul De Grauwe
Opinion

17/12/10 à 09:25 - Mise à jour à 09:25

Le sexe des anges

Le désaccord concernant la manière de réformer la loi de financement est frappant. Ces dissentiments portent sur des aspects techniques. Certains partis ne jurent que par la technique des "split rates", d'autres privilégient les additionnels. Des partis marquent vivement leur opposition aux crédits d'impôt. Pour d'autres, ceux-ci sont parfaitement acceptables. Or les différences entre ces techniques sont minimes. Elles font penser aux discussions byzantines sur le sexe des anges. Il n'empêche qu'elles sont grossies à souhait. Des partis n'hésiteraient pas à en faire un point de rupture.

PAUL DE GRAUWE Professeur d'économie internationale à la KU Leuven

Il est clair que ces modalités qui divisent les partis flamands pourraient être résolues très facilement. Mais ces disputes techniques cachent un problème plus grave. En fait, Bart De Wever ne veut pas d'accord. Il l'a dit dans le passé et redit dans l'interview qu'il a accordée cette semaine au magazine Der Spiegel. Si la N-VA entrait maintenant au gouvernement, les nationalistes flamands perdraient très probablement les prochaines élections. Il est très difficile de retirer un avantage politique d'un discours technique sur la loi de financement. De plus, les inévitables revers de la médaille liés à un compromis reviendront comme un boomerang sur la N-VA. Celle-ci est donc plutôt acquise à de nouvelles élections. Un retour aux urnes permettrait à Bart De Wever de se poser de nouveau en chevalier blanc de la Flandre et de désigner la Wallonie comme l'ennemie. Cette tactique lui a fort bien réussi jusqu'à présent. Pourquoi donc cette stratégie éprouvée en viendrait-elle à rater ses effets ?

Les autres partis ne sont pas dupes. Ils redoutent que la popularité de Bart De Wever augmente encore. Mais aucune formation n'ose prendre l'initiative de faire sauter les négociations, parce que, cette fois-ci et c'est nouveau, les marchés financiers risquent de réagir négativement. Les disputes techniques sont là pour cacher cette réalité. Aussi joue-t-on à la diversion. En attendant que la partie adverse commette des fautes pour pouvoir passer à l'attaque. Tout le monde temporise et s'occupe à décrocher la pole position en vue de la prochaine bataille électorale.

C'est la débâcle de la politique ! Les Flamands méprisent la politique belge, en croyant que le monde politique flamand fait mieux. Or ils devraient réaliser que cette croyance a perdu toute sa pertinence.

Nos partenaires