Le sabotage de la ligne rapide Bruxelles-Gand ne fait plus de doutes

17/06/16 à 18:04 - Mise à jour à 18:04

Source: Belga

(Belga) Un sabotage est bien à l'origine des problèmes de signalisation survenus vendredi matin sur la ligne rapide entre Bruxelles et Gand (ligne 50A). La thèse de l'incendie volontaire avait déjà été mise en avant par les premiers éléments de l'enquête de l'expert désigné par le parquet de Bruxelles, indique ce dernier vendredi après-midi. Le parquet a dès lors ouvert une enquête et va analyser les images des caméras de surveillance. Aucun suspect n'a été identifié ou interpellé pour l'instant.

Le sabotage de la ligne rapide Bruxelles-Gand ne fait plus de doutes

Le sabotage de la ligne rapide Bruxelles-Gand ne fait plus de doutes © BELGA

Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, soupçonnait déjà fortement qu'une personne avait volontairement bouté le feu aux câbles le long de la voie à hauteur du quai de Veeweide à Anderlecht. Le sabotage semble être aussi l'?uvre d'un connaisseur ou du moins de quelqu'un qui s'est particulièrement bien renseigné sur le fonctionnement de la voie. Le ou les auteurs ont dû enlever le couvercle de la gaine abritant les câbles et située entre les voies. Ils ont en outre choisi un endroit stratégique sur la ligne très fréquentée reliant Gand et Bruxelles. Le sabotage a rendu le signal inopérant. La circulation des trains a dès lors été interrompue. Les dégâts à l'infrastructure ont été réparés peu après 15h00 et les deux voies rendues à la circulation. (Belga)

Nos partenaires