Le roi Philippe salue les succès belges et insiste sur l'enseignement

24/12/13 à 13:59 - Mise à jour à 13:59

Source: Le Vif

Le roi Philippe a, dans son premier discours de Noël et de Nouvel An depuis son accession au trône, le 21 juillet dernier, salué mardi les succès remportés par des Belges cette année dans divers domaines, mais sans occulter les difficultés rencontrées par la population, comme le contexte socio-économique difficile et le chômage touchant les jeunes.

Le roi Philippe salue les succès belges et insiste sur l'enseignement

© Belga

Le roi Philippe a, dans son premier discours de Noël et de Nouvel An depuis son accession au trône, le 21 juillet dernier, salué mardi les succès remportés par des Belges cette année dans divers domaines, mais sans occulter les difficultés rencontrées par la population, comme le contexte socio-économique difficile et le chômage touchant les jeunes.

"En 2013, notre pays s'est mis en valeur dans plusieurs domaines. La qualité de notre recherche scientifique a été récompensée et encouragée par l'attribution du Prix Nobel de physique (au professeur François Englert, ndlr). Nos équipes B-Fast ont apporté une aide d'urgence très efficace aux Philippines. Nos militaires sont engagés avec succès dans des opérations de maintien de la paix. Nos sportifs de haut niveau remportent des succès mérités. Avec vous, je me réjouis de ce que nos Diables rouges participeront à la Coupe du monde de football. A côté de cela, il y a aussi le résultat du travail quotidien de chacun d'entre vous", a-t-il affirmé dans un discours désireux de combiner "tradition" et "modernité", prononcé pour la première fois intégralement dans les trois langues nationales.

"Toutes ces réussites ne peuvent occulter les difficultés. Dans notre pays, un jeune sur quatre ne trouve pas de travail et une personne sur sept vit dans la pauvreté. Des fermetures et restructurations d'entreprises nous ont très durement touchés. Trop de gens vivent dans l'isolement", a ajouté le souverain, debout devant les caméras dans son bureau du palais de Bruxelles.

Il a aussi insisté sur l'importance de l'enseignement et la formation qui sont des "leviers essentiels" pour "faire s'épanouir les qualités de chacun", qui est "notre responsabilité à tous".

"Ils transmettent le savoir, préparent à l'emploi, à l'insertion dans la société et à l'exercice de la citoyenneté. En développant l'esprit critique et le travail en équipe, ils donnent aux jeunes la possibilité de devenir des hommes et des femmes engagés et responsables", a dit le roi en évoquant des rencontres avec des personnes "dont les talents n'ont pas pu se manifester ou être reconnus".

Associant son épouse, la reine Mathilde, il a salué, en tant que parent, "le travail admirable des enseignants et des éducateurs". "Nous savons que leur tâche est difficile", a souligné le roi.

Il a également mis l'accent sur l'importance de "tisser des liens entre toutes les composantes de notre société", citant l'école et le monde du travail, les générations et plus généralement "les liens entre tous les Belges".

Le souverain a encore épinglé les "mesures encourageantes" prises par le gouvernement fédéral et les gouvernements régionaux pour "consolider nos finances publiques, protéger notre pouvoir d'achat et notre compétitivité, soutenir nos entreprises et préserver notre modèle social".

"Je suis confiant que cet effort sera poursuivi", a dit le chef de l'Etat.
Il est revenu sur l'"accueil inoubliable" que les Belges lui ont réservé lors de son accession au trône, le jour de la Fête nationale, et sur les nombreux échanges qui ont suivi.

"J'ai été frappé par l'intensité des échanges entre les personnes participant massivement à cette journée. Votre enthousiasme et votre confiance m'ont véritablement ému", a assuré le roi Philippe.
"Depuis le 21 juillet, mon épouse et moi avons rencontré un très grand nombre d'entre vous. Nos Joyeuses Entrées et nos contacts nous ont permis d'aborder avec vous vos soucis et vos espoirs. Nous nous sommes imprégnés davantage de ce qui vit dans les secteurs les plus divers de la société. J'ai réuni par exemple les ministres de la Culture et des artistes du Nord et du Sud du pays pour un échange de grande richesse à la suite de l'accord culturel entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Flandre. Je souhaite poursuivre et approfondir ce dialogue que nous avons commencé à nouer avec vous", a-t-il poursuivi.

Le roi a aussi évoqué les rencontres au cours de ces derniers mois et ces dernières années avec quantité de jeunes Belges "débordant de créativité et d'énergie".

Il a enfin salué l'action de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, rappelant qu'il avait assisté le 10 décembre dernier à Johannesburg à l'hommage rendu par le monde entier au prix Nobel de la paix.

Il a "si bien personnifié cette volonté de jeter des ponts. Mandela nous a montré que le dialogue et la réconciliation peuvent changer le monde. Puisse cette force intérieure être aussi la nôtre", a déclaré le souverain.

Le discours au complet

"En 2013, notre pays s'est mis en valeur dans plusieurs domaines. La qualité de notre recherche scientifique a été récompensée et encouragée par l'attribution du Prix Nobel de physique (au professeur François Englert, ndlr). Nos équipes B-Fast ont apporté une aide d'urgence très efficace aux Philippines. Nos militaires sont engagés avec succès dans des opérations de maintien de la paix. Nos sportifs de haut niveau remportent des succès mérités. Avec vous, je me réjouis de ce que nos Diables rouges participeront à la Coupe du monde de football. A côté de cela, il y a aussi le résultat du travail quotidien de chacun d'entre vous", a-t-il affirmé dans un discours désireux de combiner "tradition" et "modernité", prononcé pour la première fois intégralement dans les trois langues nationales. "Toutes ces réussites ne peuvent occulter les difficultés. Dans notre pays, un jeune sur quatre ne trouve pas de travail et une personne sur sept vit dans la pauvreté. Des fermetures et restructurations d'entreprises nous ont très durement touchés. Trop de gens vivent dans l'isolement", a ajouté le souverain, debout devant les caméras dans son bureau du palais de Bruxelles. Il a aussi insisté sur l'importance de l'enseignement et la formation qui sont des "leviers essentiels" pour "faire s'épanouir les qualités de chacun", qui est "notre responsabilité à tous". "Ils transmettent le savoir, préparent à l'emploi, à l'insertion dans la société et à l'exercice de la citoyenneté. En développant l'esprit critique et le travail en équipe, ils donnent aux jeunes la possibilité de devenir des hommes et des femmes engagés et responsables", a dit le roi en évoquant des rencontres avec des personnes "dont les talents n'ont pas pu se manifester ou être reconnus". Associant son épouse, la reine Mathilde, il a salué, en tant que parent, "le travail admirable des enseignants et des éducateurs". "Nous savons que leur tâche est difficile", a souligné le roi. Il a également mis l'accent sur l'importance de "tisser des liens entre toutes les composantes de notre société", citant l'école et le monde du travail, les générations et plus généralement "les liens entre tous les Belges". Le souverain a encore épinglé les "mesures encourageantes" prises par le gouvernement fédéral et les gouvernements régionaux pour "consolider nos finances publiques, protéger notre pouvoir d'achat et notre compétitivité, soutenir nos entreprises et préserver notre modèle social". "Je suis confiant que cet effort sera poursuivi", a dit le chef de l'Etat. Il est revenu sur l'"accueil inoubliable" que les Belges lui ont réservé lors de son accession au trône, le jour de la Fête nationale, et sur les nombreux échanges qui ont suivi. "J'ai été frappé par l'intensité des échanges entre les personnes participant massivement à cette journée. Votre enthousiasme et votre confiance m'ont véritablement ému", a assuré le roi Philippe. "Depuis le 21 juillet, mon épouse et moi avons rencontré un très grand nombre d'entre vous. Nos Joyeuses Entrées et nos contacts nous ont permis d'aborder avec vous vos soucis et vos espoirs. Nous nous sommes imprégnés davantage de ce qui vit dans les secteurs les plus divers de la société. J'ai réuni par exemple les ministres de la Culture et des artistes du Nord et du Sud du pays pour un échange de grande richesse à la suite de l'accord culturel entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Flandre. Je souhaite poursuivre et approfondir ce dialogue que nous avons commencé à nouer avec vous", a-t-il poursuivi. Le roi a aussi évoqué les rencontres au cours de ces derniers mois et ces dernières années avec quantité de jeunes Belges "débordant de créativité et d'énergie". Il a enfin salué l'action de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, rappelant qu'il avait assisté le 10 décembre dernier à Johannesburg à l'hommage rendu par le monde entier au prix Nobel de la paix. Il a "si bien personnifié cette volonté de jeter des ponts. Mandela nous a montré que le dialogue et la réconciliation peuvent changer le monde. Puisse cette force intérieure être aussi la nôtre", a déclaré le souverain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires