Le roi est content

11/10/11 à 06:09 - Mise à jour à 06:09

Source: Le Vif

Suite à son entretien avec le formateur Elio Di Rupo, le chef de l'Etat s'est vivement félicité de l'accord institutionnel intervenu entre les huit partis qui ont négocié une réforme de l'Etat. Et ce, malgré les différentes sorties de ce début de semaine.

Le roi est content

© EPA

Avant de présenter mardi à la presse les grandes lignes de l'accord, le formateur a encore dû slalomer entre les différentes critiques venues de L'Open Vld.

Un gouvernement sans les verts ?

Alors qu'il terminait lundi la relecture finale de l'accord, l'Open Vld a relancé la polémique sur la participation à la coalition, assurant que les libéraux flamands ne monteraient pas dans un gouvernement dans lequel se trouveraient les écologistes.

Demandant une nouvelle fois du "respect", le coprésident d'Ecolo Jean-Michel Javaux a estimé que l'Open Vld manquait "un peu d'élégance". Ecolo souhaite participer avec Groen! au gouvernement, a répété Jean-Michel Javaux, justifiant cette démarche par l'importance du projet.

Les Verts ne se limiteront donc pas à revendiquer un "demi-poste", a-t-il dit, sans vouloir confirmer vouloir deux vice-premiers ministres, l'un pour Ecolo, l'autre pour Groen! , comme l'avait exigé Olivier Deleuze.

A l'instar du sp.a en Flandre, PS et cdH continuent également à défendre la présence des écologistes au sein du gouvernement. "On a besoin d'une union nationale avec les Verts", a lancé la vice-première ministre sortante Laurette Onkelinx, négociatrice PS.

"Les huit partis ont pris leurs responsabilités", a souligné son homologue cdH, Joëlle Milquet. "L'entente à huit est historique mais le plus important est 'pour quoi faire'", a-t-elle précisé.

Pour le président du MR, Charles Michel, l'heure n'est pas à "l'exclusion", ce qui compte, "c'est le projet". A cet égard, la protection des gens qui travaillent doit constituer la première des priorités, a-t-il rappelé. Insistant sur le pouvoir d'achat, Charles Michel a balayé du revers de la main, la semaine dernière, l'idée d'un impôt sur les grosses fortunes défendue au PS.

Il va falloir 10 milliards d'effort. Le président de l'Open Vld Alexander De Croo a fortement critiqué lundi le volet socio-économique de la note du formateur alors que vont débuter les discussions budgétaires. Laurette Onkelinx a mis ces critiques sur le compte d'une "grosse fatigue" après des semaines de négociations institutionnelles intenses. "Je veux de la rigueur juste", a martelé lundi soir Laurette Onkelinx

Le prochain rendez-vous des négociateurs sera mardi à 11h30 face à la presse. Plusieurs négociateurs ont indiqué qu'il serait difficile d'avoir un gouvernement avant le début du mois de novembre. Il y a "urgence" mais il ne faut pas "bâcler", a dit Laurette Onkelinx.

En savoir plus sur:

Nos partenaires