Le responsable technique du chantier "Rive gauche" inculpé mais laissé en liberté

19/04/16 à 12:51 - Mise à jour à 12:51

Source: Belga

(Belga) Le responsable technique de la société "Groupe Bison", qui chapeaute les entreprises en activité sur le chantier commercial "Rive gauche", à Charleroi, a été inculpé lundi soir, mais laissé en liberté, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le responsable technique du chantier "Rive gauche" inculpé mais laissé en liberté

Le responsable technique du chantier "Rive gauche" inculpé mais laissé en liberté © BELGA

Il avait été interpellé dans la journée sur le chantier "Rive gauche", à l'occasion d'une nouvelle descente de l'auditorat du travail. Longuement entendu par les enquêteurs, il l'a été ensuite par le juge d'instruction avant d'être inculpé de traite des êtres humains, d'infractions à la législation sociale et aux obligations en matière de bien-être au travail. Il a cependant été laissé en liberté. Une première inculpation avait eu lieu le week-end dernier. Elle concernait le chef de chantier de "Rive gauche", mandaté par une société italienne. Elle faisait suite à une descente de l'inspection sociale et de l'auditorat, jeudi matin, quand des travailleurs égyptiens avaient refusé de descendre de la grande grue du chantier. Ils manifestaient leur colère de ne plus être payés depuis plusieurs mois. Le chef de chantier avait alors été placé sous mandat d'arrêt pour traite des êtres humains et infractions à la législation sociale et au bien-être au travail. Un premier montant avait été débloqué pour payer les ouvriers égyptiens mais l'enquête a permis de constater d'autres manquements, qui ont suscité l'interpellation, lundi, du responsable technique de la société faîtière, le "Groupe Bison". Il semble que les arriérés de paiements dus aux travailleurs en activité sur ce site atteignent environ 400.000 euros, l'enquête devant maintenant établir quel élément de cette cascade de sous-traitants n'a pas rempli ses obligations sociales. Mardi matin, le chantier était à l'arrêt, et l'auditeur du travail devait encore entendre des responsables d'autres entreprises. (Belga)

Nos partenaires