Le Qatar crée un comité pour étudier les plaintes des travailleurs migrants

10/03/18 à 22:04 - Mise à jour à 22:10

Source: Belga

(Belga) Le Qatar a indiqué samedi qu'il allait mettre en place un comité pour étudier les plaintes des travailleurs migrants, une réforme dans cet émirat notamment critiqué pour les conditions de travail sur les chantiers du Mondial-2022.

Un porte-parole du gouvernement a confirmé samedi à l'AFP l'information d'un média local selon laquelle ce nouveau comité, placé sous l'autorité du ministère du Travail, serait fonctionnel à partir du 18 mars. Jusqu'à présent, les litiges relatifs aux conditions de travail dans l'émirat étaient traités au sein du système judiciaire. La création de ce comité fait partie d'une série de réformes que le Qatar s'est engagé à mettre en oeuvre en novembre quand l'Organisation internationale du Travail (OIT) lançait une enquête potentiellement embarrassante pour l'émirat. Parmi les autres réformes figurent notamment la fin de la confiscation des passeports du travailleur migrant par son employeur et l'introduction d'un salaire minimum, "temporairement" fixé à 750 riyals (167 euros) par mois. Selon Doha, ces réformes vont mettre fin en pratique à la "kafala", un système de parrainage décrié par les organisations de défense des droits de l'Homme qui oblige notamment le travailleur étranger à obtenir l'assentiment de son employeur pour quitter le pays. L'OIT va par ailleurs pouvoir ouvrir un bureau à Doha, la capitale du Qatar, peut-être dès le mois prochain. Des ONG comme Amnesty International affirment toutefois que les travailleurs immigrés au Qatar --qui sont quelque 2 millions-- restent encore largement exploités. (Belga)

Nos partenaires