Le PS veut remettre électeurs et élus au centre du débat public

22/10/16 à 15:01 - Mise à jour à 15:03

Source: Belga

(Belga) Le parti socialiste fait du CETA un enjeu de la réappropriation par les citoyens et leurs élus des enjeux démocratiques desquels ils ont été progressivement dessaisis décennies après décennies depuis la première guerre mondiale, a indiqué samedi à Liège le président du PS Elio Di Rupo lors du dernier chantier des idées de sa formation consacré à la démocratie et à l'engagement militant.

"Il y a eu une perte réelle d'influence, mais il y a des moments, et celui-ci en est un, où la femme et l'homme politique peuvent démontrer une certaine faculté à la réappropriation, et nous sentons un rapprochement très fort des citoyens qui sentent que nous n'allons pas de réception en réception, mais qu'il s'agit du fond, de la vérité", a souligné M. Di Rupo. Le président du PS a assuré de la volonté de persévérer sur cette voie, avec le ministre-président Paul Magnette, en dépit des pressions inimaginables qu'ils subissent de la part d'une vingtaine de personnalités européennes. Contrairement à ce qui est dit, "l'état d'esprit n'est pas de se refermer sur soi-même mais de faire de la Wallonie une terre où tout est possible et de faire modifier les choses", a expliqué le chef de file du parti. M. Di Rupo a invité à ne pas craindre les semeurs d'angoisse. "De tout temps, quand les progressistes ont exigé des avancées, les conservateurs leur ont promis la fin du monde et cette fois-ci, dans toutes les pressions qui s'exerçaient sur Paul et sur moi, on nous disait que l'apocalypse allait tomber sur l'Europe entière. Couillonnades", a lâché, sous les applaudissements des militants, l'orateur très en verve. (Belga)

Nos partenaires