Le projet de taxation des loyers laisse le PS bien seul

19/01/14 à 15:59 - Mise à jour à 15:59

Source: Le Vif

Le PS est apparu seul dans son projet de taxer les loyers. Invités sur les plateaux des émissions dominicales de la RTBF et de RTL-TVi, les représentants des autres partis politiques se sont montrés soit prudents, soit franchement hostiles.

Le projet de taxation des loyers laisse le PS bien seul

© Belga

Dans l'édition du Soir de vendredi, le président du PS, Paul Magnette a évoqué l'idée de taxer les "gros propriétaires" ou les "multipropriétaires" en partant du constat qu'il n'était pas normal que les propriétaires de nombreux logements ne paient pour seul impôt que le précompte immobilier mais rien pour les loyers qu'ils perçoivent. Les socialistes étudient toujours les modalités pratiques d'une telle proposition, notamment en termes de progressivité de la taxation ou pour récompenser les propriétaires qui pratiquent des loyers modérés en fonction, par exemple, de loyers de référence.

Les libéraux n'ont pas caché leur hostilité devant ce projet. Vendredi, dans un communiqué commun, les présidents du MR et de l'Open Vld, Charles Michel et Gwendolyn Rutten, en ont dénoncé les effets sur la classe moyenne, en rappelant que l'immobilier constituait un placement pour de nombreux travailleurs et permettait à nombre de retraités de tirer un revenu complémentaire à leur pension. Au cdH, l'idée n'a suscité aucun enthousiasme. "Très clairement, le cdH est opposé à cette proposition socialiste de taxation des loyers", a indiqué Carlo Di Antonio. Le ministre wallon a insisté sur le taux de rentabilité assez faible d'un propriétaire qui loue des logements: de 4 à 5 pc, a-t-il affirmé. "C'est d'abord une posture électorale", a asséné le chef de groupe FDF au parlement bruxellois, Didier Gosuin.

Selon les FDF, une révision de la fiscalité immobilière doit s'envisager dans le cadre plus général d'une réforme fiscale. "S'attaquer à un seul secteur, sans tenir compte des autres, c'est aller au casse-pipe, c'est tuer le débat". Ecolo veut voir les choses de manière globale, a souligné le co-président des Verts, Olivier Deleuze. Le ministre bruxellois du Logement, Christos Doulkeridis, a pointé du doigt l'"injustice" existant entre propriétaires en raison de l'absence de péréquation cadastrale depuis les années 1970 et les augmentations de revenu cadastral subies par les propriétaires qui investissent dans l'efficacité énergétique de leur bien.

Le Syndicat National des Propriétaires et Copropriétaires (SNPC) a dit tout le mal qu'il pensait d'une telle proposition. "Les pouvoirs publics se rattrapent largement", a lancé le président, Olivier Hamal, en insistant sur le niveau élevé des droits d'enregistrement, de succession et de donation en matière immobilière. A entendre le syndicat des propriétaires, comme les autres opposants déclarés de cette mesure, les propriétaires soumis à taxation répercuteront celle-ci sur les loyers qui, dès lors, augmenteront.

Le Syndicat des Locataires est en revanche favorable à cette taxation, accompagnée d'un blocage des loyers pendant quelques mois pour éviter leur augmentation. La suggestion de blocage, lancée par le secrétaire général José Garcia sur le plateau de Mise au point, n'a recueilli l'adhésion d'aucun des hommes politiques présents.

Nos partenaires