Le projet de suivre les malades de longue durée par questionnaire critiqué

10/05/16 à 18:50 - Mise à jour à 18:50

Source: Belga

(Belga) Les mutualités et les syndicats ont accueilli froidement le projet de la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block de suivre les malades de longue durée par questionnaire.

Le projet de suivre les malades de longue durée par questionnaire critiqué

Le projet de suivre les malades de longue durée par questionnaire critiqué © BELGA

"C'est une aberration", selon Véronique Dumonceau, médecin-conseil National de Solidaris, réagissant par voie de communiqué. "A ce moment-là, c'est-à-dire au moment où ces personnes sont généralement brisées, remplir un questionnaire est tout à fait inopportun. Elles sont épuisées et ont besoin de repos et pas de questionnaire", estime Mme Dumonceau selon qui "augmenter les contrôles assortis de sanctions est contre-productif". Pour la mutualité socialiste, il faut laisser les malades de longue durée souffler et les conseiller en vue d'une reprise progressive et harmonieuse au travail. Selon la CSC, "les travailleurs malades sont déjà soumis à des contrôles très rigoureux. Ceux qui veulent réduire les allocations de maladie pour limiter le nombre de malades de longue durée cherchent à tromper la population", indique le syndicat chrétien dans un communiqué. La CSC rappelle également que les partenaires sociaux avaient conclu en décembre 2015 un accord selon lequel les malades de longue durée peuvent reprendre le travail sur une base volontaire. Le syndicat libéral CGSLB a pour sa part fait part de "l'urgence de donner la priorité à la mise en application du travail supportable dans les entreprises". La Belgique comptait quelque 370.400 malades de longue durée fin 2014, soit une augmentation de 64% en dix ans, ressort-il des chiffres de l'Institut National d'Assurance maladie-invalidité (Inami) que L'Echo a publié mardi. L'année passée, pas moins de cinq milliards d'euros ont été versés en allocations dans ce cadre. Pour contrer ce phénomène, la ministre de la Santé publique Maggie De Block projette de lancer une procédure de suivi des malades via questionnaire. (Belga)

Nos partenaires