Le principal parti pro-kurde de Turquie va boycotter le Parlement

06/11/16 à 11:20 - Mise à jour à 11:21

Source: Belga

(Belga) Le principal parti pro-kurde de Turquie a annoncé dimanche qu'il cessait toute activité au Parlement, après l'arrestation vendredi de neuf de ses députés dont ses deux co-présidents, tandis qu'Ankara a convoqué les ambassadeurs européens après les critiques européennes sur ces arrestations.

Cette décision du Parti démocratique des peuples (HDP), troisième parti du pays avec 59 députés, signifie que ceux-ci ne participeront plus ni aux séances du Parlement, ni au travail des commissions, a précisé le HDP dans un communiqué. "Notre groupe parlementaire et les dirigeants de notre parti ont pris la décision de cesser tout travail dans les organes législatifs après cette attaque totale", a-t-il annoncé. Les députés qui n'ont pas été arrêtés se consacreront à rencontrer leurs électeurs, allant "de maison en maison, de village en village et de district en district", à la suite de quoi ils feront des propositions sur la façon dont le HDP peut continuer ses activités. Les neuf députés, dont les deux coprésidents du HDP, Selahattin Demirtas et Mme Figen Yüksekdag, ont été arrêtés dans la nuit de jeudi à vendredi puis placés officiellement vendredi en détention préventive en attendant leur procès. Ils sont accusés d'appartenir, ou d'être liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le HDP a toujours nié farouchement être une vitrine politique pour le PKK, qui mène depuis trois décennies une lutte armée pour demander plus de droits et d'autonomie pour les Kurdes. Ce vaste coup de filet à l'encontre du principal parti kurde survient après des semaines d'arrestations et de fermetures d'institutions dans les milieux kurdes et prokurdes, à la suite du coup d'Etat avorté de l'été. (Belga)

Nos partenaires