Le président tchèque Milos Zeman a prêté serment pour son second mandat

08/03/18 à 16:32 - Mise à jour à 16:33

Source: Belga

(Belga) Le président tchèque Milos Zeman, pro-russe, pro-chinois et anti-immigration, a prêté serment jeudi pour son second et dernier mandat quinquennal, restant fidèle à son discours musclé aux accents populistes, lors d'une cérémonie au Château de Prague, siège de la présidence.

Premier chef de l'Etat tchèque élu au suffrage universel en 2013, M. Zeman a été réélu à la magistrature suprême le 27 janvier, avec 51,36% des suffrages contre 48,63% à l'académicien pro-européen Jiri Drahos. Dans son discours, M. Zeman a critiqué avec véhémence certains journalistes dont ceux de la télévision publique Ceska Televize (CT) et aussi ses adversaires politiques, dont le parti pro-européen de droite TOP 09. Il s'en est pris au quotidien Hospodarske Noviny, à l'hebdomadaire Respekt et au portail aktualne.cz, ainsi qu'à leur propriétaire, l'homme d'affaires controversé Zdenek Bakala, en les accusant de "tenter de manipuler l'opinion publique" et de "nous donner chaque jour des leçons de comportement". "Un journaliste qui touche de l'argent gagné de cette façon ne devrait ni jouir de notre respect ni être pris au sérieux", a dit le chef de l'Etat. Plusieurs élus de TOP 09, dont l'ex-chef de la diplomatie et candidat malheureux à la présidence en 2013, Karel Schwarzenberg, ainsi que ceux des partis ODS (droite) et KDU-CSL (centriste) ont ostensiblement quitté l'historique Salle Vladislas du Château de Prague pendant le discours du chef de l'Etat, en signe de protestation. "Je quitte la salle. Il est triste que Milos Zeman ne puisse pas s'empêcher de s'attaquer à ceux qui affichent des opinions différentes", a indiqué sur Twitter Jiri Pospisil, chef du parti TOP 09 et député européen. M. Zeman, 73 ans, a remporté la présidentielle grâce notamment à l'appui de l'électorat provincial et de gauche. La peur des migrants et le refus des quotas préconisés par Bruxelles ont joué un rôle prépondérant dans son succès. M. Zeman qui marche avec une canne et souffre de neuropathie diabétique et d'ennuis d'audition, a dû être soutenu pendant la cérémonie par son épouse Ivana, ou par un membre de la garde du Château de Prague, ancienne résidence royale devenue siège officiel de la présidence après la création de la Tchécoslovaquie en 1918. (Belga)

Nos partenaires