Le président tanzanien demande à ce que tous les braconniers soient arrêtés

30/10/16 à 09:53 - Mise à jour à 09:55

Source: Belga

(Belga) Le président tanzanien John Magufuli a appelé les services compétents à arrêter, sans aucune exception, toutes les personnes impliquées dans le braconnage, après avoir visité un dépôt de 50 défenses d'éléphants saisies en deux jours à Dar es Salaam.

"Vous pouvez compter sur mon soutien. Arrêtez tous ceux qui sont impliqués dans ce trafic illégal, n'en épargnez aucun, qu'il soit petit ou grand, quels que soient son âge, sa religion, sa tribu, sa puissance. La loi ne fait pas de discrimination", a déclaré samedi le président Magufuli, selon un communiqué en swahili de la présidence. "Traquez-les de telle façon qu'ils fuient désormais à la vue des éléphants, pour que nous puissions sauver notre faune qui continue d'être décimée", a poursuivi le chef de l'Etat, qui s'adressait à des agents du ministère des Ressources naturelles ayant effectué la saisie. John Magufuli, qui depuis son entrée en fonction il y a un an s'est positionné comme un champion de la lutte contre la corruption et la fraude, a lancé cet appel lors d'une visite surprise au ministère des Ressources naturelles. Au cours de sa visite, il a pu voir 50 défenses d'éléphants saisies vendredi et samedi au cours d'une opération spéciale lancée par le ministère à Dar es Salaam, la capitale économique, ainsi que les véhicules qui transportaient ces défenses et huit personnes soupçonnées d'appartenir à des réseaux de braconnage. "Ici, en deux jours, vous avez saisi 50 défenses, c'est-à-dire que 25 éléphants ont été tués. Il est inacceptable que nos ressources naturelles soient décimées par une poignée de gens qui cherchent à s'enrichir trop facilement", a-t-il poursuivi. Environ 30.000 éléphants d'Afrique sont abattus chaque année pour alimenter un trafic illégal d'ivoire porté par la demande asiatique. La Tanzanie, l'un des pays qui comptent la plus importante population d'éléphants sur le continent africain, est aussi l'un des plus touchés par ce problème. Un recensement récent notait que la population d'éléphants y a baissé de 60% entre 2009 et 2014. Dans les immenses et nombreuses réserves naturelles tanzaniennes, qui attirent des touristes venus de toute la planète, d'autres espèces animales sont visées par les braconniers, comme les rhinocéros, aujourd'hui au bord de l'extinction dans ce pays d'Afrique de l'Est. (Belga)

Nos partenaires