Le Premier ministre rencontre le président de la Commission pour préparer Bratislava

01/09/16 à 12:52 - Mise à jour à 12:52

Source: Belga

(Belga) Le Premier ministre Charles Michel a rencontré jeudi matin pendant plus d'une heure et demie le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker en vue de préparer le sommet informel de Bratislava le 16 septembre prochain.

Ce sommet à 27 - sans le Royaume-Uni - doit permettre de faire le point sur l'avenir du projet européen, près de trois mois après la victoire du "Leave" au référendum britannique sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Charles Michel et Jean-Claude Juncker ont évoqué le Brexit et ses conséquences lors de leur entretien. "Je lui ai rappelé que, pour la Belgique, la liberté de circulation et l'accès au marché sont des points très importants", a expliqué à l'issue de la rencontre le Premier ministre à l'Agence Belga. Il a répété son appel à destination du gouvernement britannique de préciser rapidement ses plans. "Plus vite on aura de la clarté, mieux c'est." Les deux hommes ont également abordé le problème des relations avec la Turquie, près de deux mois après un coup d'Etat manqué qui a entraîné une répression importante de la part du pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan. Le sujet sera évoqué à Bratislava, a assuré le Premier ministre, l'idée étant de voir "comment définir une relation avec la Turquie" au-delà des questions de migration. La Turquie est en effet un partenaire essentiel de l'UE pour endiguer l'arrivée de migrants en Europe. Enfin, comme mercredi avec le président du Conseil européen Donald Tusk, le Premier ministre a plaidé pour un renforcement des convergences au sein de la zone euro et pour que les 27 agissent concrètement. "Il y a des blocages politiques dans certains gouvernements - je pense à ceux du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie) - notamment dans le dossier du dumping social." Il s'agira au sommet de Bratislava de "trouver des compromis politiques pour faire bouger les lignes", en offrant par exemple des garanties sur l'immigration en échange d'avancées sur le dumping social. (Belga)

Nos partenaires