Le Premier ministre français "assume" un vol privé à 350.000 euros

20/12/17 à 09:11 - Mise à jour à 09:13

Source: Belga

(Belga) Le Premier ministre français Edouard Philippe a dit assumer "complètement" mercredi le recours à un vol privé à 350.000 euros entre Tokyo et Paris pour revenir d'un déplacement officiel, en réponse aux critiques l'accusant de dilapider l'argent public.

Cherchant à couper court à la polémique naissante, M. Philippe a déclaré qu'il était "compliqué" et "cher" de déplacer un Premier ministre. "Je comprends parfaitement à la fois la surprise et les interrogations que se posent les Français" mais "j'assume complètement cette décision", a-t-il insisté sur la radio RTL. L'AFP avait appris mardi soir de source proche du dossier que les services du Premier ministre avaient affrété un avion d'un loueur privé pour 350.000 euros afin de lui permettre de rentrer plus vite d'une visite en Nouvelle-Calédonie et d'éviter de terminer le voyage dans un avion de l'Etat jugé trop inconfortable. Dans la nuit du 5 au 6 décembre, lors d'une escale technique à Tokyo d'un A340 de l'armée de l'air qui le ramenait avec plusieurs ministres et une soixantaine de personnes en métropole, le Premier ministre et une large partie des passagers ont embarqué dans un autre A340 aux sièges de première classe, loué par Matignon. Cet avion s'est posé à Paris deux heures avant l'autre A340 de l'armée, arrivé quasiment à vide. Pour s'expliquer, Edouard Philippe a notamment mis en avant le fait qu'il lui fallait revenir à temps à Paris pour un Conseil de Défense et avant le départ du président Emmanuel Macron pour l'Algérie. Même si la règle souffre de nombreuses exceptions, en l'absence du chef de l'Etat, le Premier ministre doit en principe se trouver en métropole, selon Matignon. (Belga)

Nos partenaires