Le pouvoir perdu des francs-maçons

25/11/16 à 13:00 - Mise à jour à 13:35

Source: Le Vif/l'express

Toute-puissante au XIXe siècle et au début du XXe, la franc-maçonnerie pèse (beaucoup) moins aujourd'hui. Son influence se limiterait à la diffusion des valeurs des frères et des soeurs dans la sphère publique, celles d'une liberté de conscience absolue, de tolérance et de laïcité. Les nouveaux venus, eux, viendraient d'abord y chercher la fraternité.

C'est une injonction qui a fait tousser dans les loges. A la Une du Morgen, le 26 juin dernier, l'éditorialiste Joël De Ceulaer exhorte le maïeur socialiste de Gand à faire son coming out maçonnique. " Etes-vous franc-maçon ? Que mijotez-vous en loge ? Qui en est ? Dites-nous tout ! " Daniël Termont, hyperpopulaire en Flandre et volontiers loué pour ses valeurs morales, est alors soupçonné d'avoir violé l'éthique dans ses relations avec Jeroen Piqueur, patron de la banque faillie Optima, qui l'invitait à de luxueuses fêtes. Le journaliste flamand concluait en demandant aux politiques, magistrats et journalistes d'arrêter de se cacher et de déclarer leur appartenance à une loge.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires