Le patron des Musées des Beaux-Arts Michel Draguet dans le collimateur

17/06/16 à 10:09 - Mise à jour à 10:09

Source: Belga

(Belga) Un audit du SPP Politique scientifique épingle la gestion des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB) et des Musées royaux d'art et d'histoire (MRAH) durant la période 2010-2015, rapporte l'Echo vendredi. Dans le collimateur se trouve le directeur du MRBAB Michel Draguet, étiqueté socialiste. La secrétaire d'Etat N-VA Elke Sleurs demande à l'administration de prendre "les mesures nécessaires" si les faits sont avérés. L'Echo écrit que l'audit n'a été réalisé qu'à charge et relève que, paradoxalement, le bilan des musées est positif. Le MRAH a renoué avec les profits dès 2011 alors que le nombre de visiteurs du MRBAB a doublé.

Le patron des Musées des Beaux-Arts Michel Draguet dans le collimateur

Le patron des Musées des Beaux-Arts Michel Draguet dans le collimateur © BELGA

L'audit épingle l'absence d'évaluation du personnel, de plan de formation du personnel, une faible expertise légale (absence de juriste), informatique, financière et en matière d'achats (pas de cellule achats) ainsi que l'absence de projet (pas d'expertise en gestion de projet). La gestion des risques est inexistante dans les deux institutions, de même qu'une politique de monitoring. L'audit relève enfin l'existence de clans. La secrétaire d'Etat à la politique scientifique a chargé l'inspection des finances d'une analyse plus détaillée. Selon l'Echo, l'audit n'a jamais été transmis d'initiative à Michel Draguet qui le réclamait. Il a fini par en obtenir une copie. Ce dernier dénonce des manquements importants dans l'audit y compris sur le plan légal: il n'était que directeur ad interim des musées d'art et d'histoire et encore, seulement durant la période d'août 2010 à février 2014. Selon lui, l'audit vise sa personne. Sur le fond, il réplique aux différents éléments concernant les musées d'arts et d'histoire: un système d'évaluation a été mis en place dès 2013, un organigramme dressé, il existe un plan de formations et l'embauche d'un juriste a été prévue. Concernant le MRBAB, l'institution procède à l'évaluation des agents statutaires et les formations sont organisées. Il reconnaît qu'il manque un juriste car les conditions financières ne permettent pas son engagement. (Belga)

Nos partenaires