Le patron de Facebook prononce le mea culpa attendu au Parlement européen

22/05/18 à 18:59 - Mise à jour à 19:00

Source: Belga

(Belga) Le patron du réseau social Facebook Mark Zuckerberg a prononcé mardi, devant les chefs de groupe du parlement européen, le mea culpa qu'il avait déjà présenté il y a un mois au Sénat américain, à la suite du scandale de Cambridge Analytica.

"Nous n'avons pas empêché suffisamment l'utilisation de ces outils à des fins nuisibles: fake news, terrorisme, etc, nous n'avons pas pris acte de nos responsabilités, c'est une erreur, je la regrette et je m'en excuse", a affirmé M. Zuckerberg devant le président du parlement et les chefs de groupes. Le jeune milliardaire (34 ans) a répété les mesures que son réseau social a prises pour contrer ces manquements, comme le doublement du nombre de collaborateurs affectés à la sécurité "pour atteindre le nombre de 20.000 d'ici la fin de cette année". Ces investissements "ont un impact significatif sur notre bénéfice, mais la sécurité des êtres humains passera toujours avant la maximalisation de nos bénéfices", a assuré M. Zuckerberg, énonçant diverses autres mesures de restriction d'accès aux données personnelles pour les applications numériques. En 2016, "nous avons été trop lents à identifier les interférences russes sur notre plate-forme, nous étions focalisé sur les cyber-attaques traditionnelles telles que le fisching ou les malware", a-t-il ajouté. L'année suivante, Facebook a coopéré avec des agences gouvernementales de pays où se déroulaient des élections pour protéger ces processus démocratiques de la désinformation. "En France, en 2017, nous avons éliminé plus de 30.000 comptes faux". Facebook a déjà annoncé qu'il appliquerait au monde entier les mesures du nouveau règlement européen de protection des données (RGPD) qui entrera en vigueur ce vendredi. Mark Zuckerberg devait, pour la suite de son audition, répondre aux questions des chefs de groupes parlementaires. (Belga)

Nos partenaires