Le parti Ecolo désigne un trio pour analyser sa défaite

05/06/14 à 06:51 - Mise à jour à 06:51

Source: Le Vif

Le Conseil de Fédération d'Ecolo a désigné mercredi soir un trio pour mener à bien la première étape du processus d'évaluation de la défaite électorale du 25 mai: Muriel Gerkens, députée fédérale, Benoît Lechat, un des collaborateurs du centre d'études Etopia, et Luc Barbé, issu de Groen et ancien secrétaire politique du groupe des Verts à la Chambre. La proposition, formulée par les co-présidents, a été approuvée à une large majorité.

Le parti Ecolo désigne un trio pour analyser sa défaite

© Image Globe

Ce trio sera chargé de dresser un inventaire des causes internes et externes qui expliquent le résultat du 25 mai dans le mois qui vient et une méthode d'évaluation dans une dizaine de jours. La réunion du Conseil de Fédération, parlement interne d'Ecolo, a servi mercredi soir de catharsis aux écologistes. Elle a permis aux délégués des régionales de faire état des assemblées qui s'y sont tenues mais aussi aux militants de prendre la parole, aux parlementaires, etc. Cette évaluation sera "sans tabou", ont assuré tant Emily Hoyos qu'Olivier Deleuze. Elle doit, à leurs yeux, permettre au parti de rebondir sans phagocyter son énergie. "L'ambiance était à la déception, bien sûr, mais pas au règlement de comptes. Les gens n'ont pas tourné autour du pot. Personne n'a épargné personne mais il n'y a pas eu de chasse aux sorcières. Ca a été franc, sans ambages, parce que c'est une grosse défaite et les gens se sont exprimés pour dire leur déception", a souligné M. Deleuze.

Les co-présidents se sont dit prêts à assumer leurs responsabilités. "On a une part de responsabilité. Ce n'est pas parce qu'on travaille collectivement qu'on a tous la même part de responsabilité", a-t-il ajouté. Le Conseil de Fédération a aussi été l'occasion de faire le bilan en moyens humains et financiers de la défaite. Ecolo perdra 40 pc de ses moyens. Le parti devra se séparer de 50 équivalents temps plein, en plus des 150 personnes issues des cabinets ministériels qui devront retrouver un emploi.

Nos partenaires