Le parlement flamand accorde sa confiance à l'équipe Bourgeois

26/07/14 à 17:35 - Mise à jour à 17:35

Source: Le Vif

Le parlement flamand a accordé samedi après-midi sa confiance au gouvernement N-VA-CD&V-Open Vld, approuvant l'accord de gouvernement, à majorité contre opposition (sp.a, Groen, Vlaams Belang).

Le parlement flamand accorde sa confiance à l'équipe Bourgeois

© BELGA

Après la lecture de la déclaration de gouvernement, vendredi, la journée de samedi a été consacrée au débat sur cette déclaration. A son issue, les 89 députés de la majorité ont accordé leur confiance à la nouvelle équipe de neuf ministres flamands. Les 29 députés présents de l'opposition ont voté contre.

Le parlement flamand a ensuite fermé ses portes pour plusieurs semaines. Sauf des réunions de commission imposées par l'actualité, il reprendra ses travaux le 22 septembre prochain, à l'occasion de la lecture de la déclaration de rentrée du ministre-président Geert Bourgeois.

D'ici là, le gouvernement flamand devrait avoir préparé son projet de budget pour l'année prochaine.

Répondant aux critiques de l'opposition notamment sp.a et Groen, Geert Bourgeois a estimé que l'accord de gouvernement flamand n'était ni impitoyable ni asocial, mais qu'il contenait des choix courageux et faisait ce qui était nécessaire.

Pour lui, l'opposition s'est surtout répandue sur ce qu'il n'y a pas dans l'accord, recourant à des clichés et à des calculs ne reposant sur rien.

Geert Bourgeois a ajouté que dans son accord, son gouvernement faisait des choix "courageux et difficiles" sans augmentation d'impôt ni de déficit budgétaire. Il ne partage pas non plus la critique selon laquelle le nouvel exécutif flamand serait dur et antisocial. "Il y aura des corrections sociales pour les gens en difficulté", a-t-il commenté à ce propos.

Ce gouvernement fera mal, prédit Groen

Le nouveau gouvernement flamand fera mal à beaucoup de monde, a affirmé Bjorn Rzoska, le chef du groupe Groen au parlement flamand, samedi, à l'occasion du débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement Bourgeois.

"C'est le gouvernement du fort, plus fort, le plus fort, la survie du plus fit. Celui qui ne peut y arriver est de la revue. La mentalité du chacun pour soi devient une vision politique", a-t-il dit.

Pour le chef du groupe des Verts de Flandre, les trois 'V' de l'accord de gouvernement sont ceux de "verarmen" (ndlr: appauvrir), "vervuilen" (ndlr: polluer) et "verdeeldheid zaaien" (ndlr: semer la division).

Pour Bjorn Rzoska, le "gouvernement V" est celui d'une "Flandre impitoyable et asociale" où domine la mentalité du chacun pour soi.

"Ce n'est pas la Flandre de beaucoup de gens", a-t-il dit, redoutant que les gens qui sont en difficulté le soient encore plus dans les années à venir.

Le chef de file des Verts a par ailleurs demandé au gouvernement Bourgeois de venir avec des chiffres. Où va-t-on faire des économies et à quelle hauteur, a-t-il demandé.

Bjorn Rzoska s'en est par ailleurs pris à l'Open Vld entré en dernière minute au gouvernement et dont l'apport s'apparente à un petit autocollant bleu à l'arrière d'une limousine noire et jaune.

En atteste, selon lui, l'attitude de la formation libérale dans le dossier du bouclage du Ring d'Anvers contre lequel l'Open Vld s'est battu mais qu'il a fini par avaler.

Bienvenue dans la Flandre des péages, dit le sp.a

L'accord de gouvernement flamand de l'équipe Bourgeois place des millions de flamands devant des barrières de péages, a affirmé samedi le chef du groupe sp.a, Bart Van Malderen, à l'occasion du débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement flamand N-VA-CD&V-Open Vld. Pour le chef de file des socialistes flamands, ces barrières seront aménagées aux portes des écoles, des universités et hautes écoles, sur les bus et les trams, et pour l'accès aux maisons de repos.

Les partis de la nouvelle majorité ont répliqué que reporter la facture sur les générations futures était plus asocial.

Le s.pa avait déjà dit tout le mal qu'il pensait de cet accord, au cours des derniers jours. Son chef de groupe Bart Van Malderen en a remis une couche samedi.

Pour les socialistes flamands, l'accord dont question marque vers une autre Flandre, "froide et insensible, dans laquelle beaucoup de portes seront irrémédiablement fermées", a notamment dit Bart Van Malderen.

Le sp.a redoute notamment une diminution des allocations familiales, une hausse de minerval dans l'enseignement supérieur, des transports en commun plus chers et une facture énergétique plus élevée.

Pour Bart Vanmalderen, l'image du péage à la française à tout son sens. Celui qui sera en mesure de payer passera sans problème, celui qui ne le sera pas, restera devant une barrière abaissée.

"Le gouvernement bourgeois ne procède pas à "des économies pour grandir", mais pour "saigner". Les trois lettres "V" de l'accord sont surtout celles de "Verlies" (ndlr: perte).

Nos partenaires