Le nouveau plan SNCB approuvé par le gouvernement

13/08/14 à 16:32 - Mise à jour à 16:32

Source: Le Vif

Le gouvernement fédéral a approuvé définitivement mercredi - en Conseil des ministres électronique - le nouveau plan national de transport de la SNCB (2014-2017), ont annoncé dans un communiqué le Premier ministre sortant Elio Di Rupo et le ministre sortant des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille.

Le nouveau plan SNCB approuvé par le gouvernement

© Image Globe

Il y a six mois, le gouvernement avait prié la SNCB d'améliorer la première mouture de son plan en respectant un certain nombre de balises concernant l'offre et l'accessibilité notamment. La société de transport a intégré ces améliorations à la suite d'une série de concertations menées notamment au niveau local.

La SNCB a notamment revu son offre afin de garantir le respect de son contrat de gestion. Ces adaptations représentent un coût supplémentaire de 7,33 millions d'euros que la SNCB prendra à sa charge, selon le communiqué du gouvernement. Le chemin de fer s'est également engagé à supprimer, dès la fin des travaux et en accord avec Infrabel, "les minutes supplémentaires introduites dans les horaires à cause de ces travaux".

Par ailleurs, l'entreprise publique fédérale évaluera, dès la mise en oeuvre du nouveau plan de transport, en concertation avec les sociétés de transport public régionales, l'offre de transport, en particulier dans les "zones à faible densité de population" pour que l'"accessibilité" aux zones d'éducation et d'emploi soit assurée. La SNCB, en concertation avec les sociétés de transport public régionales, "veillera à améliorer cette accessibilité", tout en limitant autant que possible d'éventuels coûts d'exploitation supplémentaires.

Enfin, la SNCB mettra en oeuvre l'intégration de l'offre RER à hauteur de 8,9 millions de "trains-kilomètres" en décembre 2014 suivie de l'extension de l'offre de décembre 2015 grâce à la mise en service du tunnel Schuman-Josaphat, ainsi que l'extension de l'offre RER à partir de décembre 2016. Par ailleurs, la communication de l'offre intra-bruxelloise sera renforcée.

Toujours selon le communiqué du gouvernement, la SNCB se concertera avec les Régions pour la future version du plan de transport. Cette concertation commencera dès le début de l'étude prévue courant 2015.

Le respect des balises fixées par le gouvernement fera l'objet d'un suivi régulier de la part du SPF Mobilité et Transports. La première version du plan avait été retoquée par le gouvernement le 21 février dernier. S'en sont suivies des concertations locales qui ont abouti à diverses adaptations comme une plus grande amplitude d'horaires dans le Hainaut, une meilleure fréquence dans le Brabant wallon et sur la ligne Charleroi-Couvin, de légères modifications à Liège, et des hausses de capacité vers Bruxelles. La CGSP et l'association Navetteurs.be ont cependant qualifié de "cosmétiques" et "chirurgicales" les adaptations apportées au plan.

Mais pour la majorité sortante, l'approbation du nouveau plan de transport constitue la dernière étape du vaste chantier de modernisation des chemins de fer entrepris sous cette législature. "Elle s'ajoute en effet à la réforme des structures du groupe SNCB effective depuis le 1er janvier 2014 et à l'adoption du plan pluriannuel portant sur les investissements qui seront réalisés sur la période 2013-2025", rappelle le communiqué.

Navetteurs.be regrette l'approbation du nouveau plan de transport de la SNCB

Le nouveau plan national de transport de la SNCB (2014-2017) manque d'ambition et répond à peine aux besoins croissants en termes de mobilité et aux encouragements incessants à l'utilisation des transports en commun, indique l'association de voyageurs Navetteurs.be dans un communiqué.

Le plan de transport de la SNCB constitue un nouveau plan d'économies qui se fait au détriment des lignes locales et des habitants des zones rurales, dénonce Navetteurs.be. "De manière générale, l'augmentation des temps de parcours, justifiée par la volonté d'améliorer la ponctualité, constitue un recul significatif dans la satisfaction des usagers."

L'association de voyageurs ajoute qu'elle consultera prochainement ses membres et partenaires afin de réagir à ce "nouveau plan d'économies au détriment des usagers et qui aura également un impact sur l'organisation du travail des cheminots".

Fin juin, Navetteurs.be avait déjà signalé qu'elle ne soutenait pas le plan "qui favorise uniquement les grandes lignes et les relations les plus fréquentées". Elle dénonçait notamment les suppressions de premiers/derniers trains, une augmentation généralisée des temps de parcours et avait demandé au gouvernement de ne pas valider cette version adaptée du plan de transport.

En savoir plus sur:

Nos partenaires