Le nombre d'actes islamophobes a presque doublé depuis 2011

31/07/15 à 12:28 - Mise à jour à 12:28

Source: Belga

En 2014, 185 actes islamophobes ont été recensés dans le pays, rapporte vendredi le Collectif contre l'islamophobie en Belgique (CCIB) dans son premier rapport annuel. Le phénomène est en progression constante et a augmenté de 94% depuis 2011, dénonce l'association qui se base sur les chiffres du Centre interfédéral pour l'égalité des chances.

Le nombre d'actes islamophobes a presque doublé depuis 2011

© Belga

L'an dernier, le Centre interfédéral pour l'égalité de chances a ouvert 260 nouveaux dossiers de discrimination et d'expressions de haine à l'encontre de personnes musulmanes. Parmi ces dossiers, 55 ont été clairement identifiés comme des délits ou des discours de haine contraires à la législation, avait rapporté le Centre en mars dernier.

Sur les 205 dossiers restants, 130 relèvent bien de l'islamophobie sans pour autant contenir d'infraction, ajoute le CCIB, qui a demandé au Centre de le lui préciser. Le Centre considère l'islamophobie comme "la haine de l'islam et des musulmans ou présumés musulmans", et non simplement comme la peur de l'islam, peut-on lire sur son site internet.

En 2014, on peut donc parler de 185 actes islamophobes enregistrés en Belgique, contre 95 en 2011, 115 en 2012 et 139 en 2013, calcule le CCIB. "De 2011 à 2013, il y a eu en Belgique chaque semaine au moins deux actes islamophobes dont un est clairement en infraction avec la loi antidiscrimination.

En 2014, ce n'est pas moins de trois actes islamophobes par semaine, soit en moyenne un tous les deux jours", s'indigne l'ASBL fondée il y a près d'un an. Pourtant, "les pouvoirs publics ne prennent pas conscience de l'ampleur du phénomène et de son impact sur la cohésion sociale et les libertés publiques", estime-t-elle.

Le collectif demande aux gouvernements de reconnaître officiellement l'islamophobie comme une atteinte aux droits fondamentaux, de transmettre des chiffres en la matière et d'empêcher l'interdiction du foulard dans les Hautes Ecoles.

Nos partenaires