Le MR s'exprime tous azimuts

06/09/11 à 10:51 - Mise à jour à 10:51

Source: Le Vif

Ce matin plusieurs membres du MR se sont exprimés dans divers médias. De quoi pimenter l'ambiance autour de la table des négociations ? Elio Di Rupo présente ce matin sa note amendée.

Le MR s'exprime tous azimuts

© Belga

Armand De Decker : C'est l'heure des compromis
L'ancien président du Sénat, Armand De Decker (MR) déclare dans la Libre Belgique qu'"on ne peut pas mettre l'avenir et le bien-être des Belges en danger pour permettre à un francophone de Lennik de passer son permis de conduire en français". Bien sûr "le MR, c'est aussi le FDF", mais il souligne que "le MR, c'est 15 députés et le FDF, 3". Pour lui il est "l'heure des compromis".

Gérard Deprez : BHV n'est pas le seul dossier difficile
Le président du MCC, une des composantes du MR, était l'invité de la matinale sur La Première. "BHV n'est pas le seul dossier difficile(...) la N-VA a quitté la table des négociations, mais son ombre plane sur les discussions et pousse le CD&V à ne pas donner l'impression d'être mollasson". M. Deprez pense que les francophones ne seront pas les seuls à devoir faire des concessions et trouve que l'élargissement de la Région bruxelloise demandée par le FDF d'Olivier Maingain est "la meilleure solution et la plus cohérente, mais les Flamands n'en veulent pas". En contrepartie, les francophones devraient obtenir "50% de quelque chose qui va dans le même sens". Par ailleurs, M Deprez trouve paradoxal de dire, comme certains le font du côté francophone, que si les négociations échouent, ce sera la faute du MR. "Pendant sept mois, le MR a été considéré comme pestiféré. Il avait perdu les élections. On ne le tenait au courant de rien. Et maintenant, soudain, c'est de lui que dépend l'avenir du pays".

Willy Borsus : Les voix discordantes expriment la richesse du mouvement

Un troisième membre du MR, le chef de groupe au Parlement wallon, Willy Borsus, s'est exprimé sur Bel-RTL. Comme Armand De Decker, il a rappelé son soutien au FDF. Interrogé sur les voix parfois discordantes qui s'expriment au nom du Mouvement Réformateur, M. Borsus a répondu qu'elles exprimaient "les accents" et "la richesse du mouvement".

Ces diverses déclarations sont intervenues avant que les représentants des huit partis qui négocient une nouvelle réforme de l'Etat se retrouvent avec le formateur Elio Di Rupo. Celui-ci doit leur présenter les adaptations apportées à sa note du 4 juillet afin de relancer les discussions

Le Vif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires