Le MR divisé quant à l'éviction de la N-VA

17/01/11 à 12:52 - Mise à jour à 12:52

Source: Le Vif

Charles Michel déclare à La Libre samedi qu'il faut réaliser la négociation sans la N-VA. Armand De Decker quant à lui, pense qu'il faut continuer avec le parti de Bart de Wever. Enfin, Richard Miller affirme à son tour qu'il faut cesser de s'accrocher à la N-VA.

Le MR divisé quant à l'éviction de la N-VA

© Belga

"Je pense qu'il faut cesser d'être l'otage de la N-VA. Je plaide de

manière radicale, nette et précise, pour une négociation sur une

réforme de l'Etat. Mais il faut la réaliser avec les libéraux et sans

la N-VA", a déclaré samedi à La Libre, Charles Michel, candidat à la présidence du MR.

Armand De Decker, ancien président du Sénat répond ce lundi dans La Libre que sa prise de position a été "non concertée et maladroite". Charles Michel a défendu samedi l'idée d'une négociation avec les libéraux mais sans la N-VA. Pour Armand De Decker, "ce n'est que si la formule avec les libéraux conduit à l'échec qu'on peut envisager de former un gouvernement d'union nationale classique".

En attendant, il faut essayer avec la N-VA. Probablement au détriment des Verts. "Si nous entrons, il y aura sans doute un groupe qui décidera d'en sortir. Et ce pourrait être Groen! et Ecolo", dit Armand De Decker. Dans ce cas de figure, "il faudra voir plus tard" ce que cette situation impliquerait pour les majorités régionales, précise-t-il. La priorité va à la formation du gouvernement fédéral.

Par ailleurs, Armand De Decker ne cache pas qu'il préférerait voir Daniel Bacquelaine accéder à la présidence du MR. Charles Michel ferait craindre un certain "jeunisme", un "mal de plus en plus présent en politique", dit M. De Decker, évoquant l'arrivée d'Alexander De Croo et Wouter Beke, respectivement à la tête de l'Open VLD et du CD&V.

"Cesser de s'accrocher à la N-VA"

Pour le sénateur MR Richard Miller, face à l'enlisement des négociations à 7, le moment est venu d'exprimer avec force que d'autres options sont possibles et doivent être examinées. "L'idée d'associer les libéraux, sans la N-VA, est une hypothèse réaliste, soutenue par de plus en plus de voix comme Olivier Maingain, Karel De Gucht ou encore Charles Michel", dit-il répondant ainsi à la prise de position d'Armand De Decker.

"Force est de constater que malgré les nombreuses, et pour certaines regrettables, concessions francophones, il n'a pas été possible pour la N-VA d'aller vers un accord", souligne encore M. Miller. "Nous ne pouvons accepter de rester l'otage de la N-VA. Je lance un appel pour que l'on cesse de s'accrocher à la N-VA à n'importe quel prix. La présence du -MR autour de la table des négociations est la meilleure garantie pour les francophones que leurs droits fondamentaux soient respectés", conclut Richard Miller.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires