Le menu socio-économique de la N-VA: baisse des impôts et confédéralisme

28/10/13 à 13:19 - Mise à jour à 13:19

Source: Le Vif

À 7 mois des élections capitales de 2014, la N-VA a présenté ce lundi matin à Bruxelles son programme socio-économique. Les thèmes principaux ? La baisse des impôts et le confédéralisme qui doit "briser l'immobilisme" et assurer le bien-être de la Flandre.

Le menu socio-économique de la N-VA: baisse des impôts et confédéralisme

© BELGA

La N-VA veut baisser l'impôt sur les salaires moyens à 40%, a fait savoir le parti ce lundi midi lors de la présentation de son programme socio-économique en vue des élections de mai 2014. Actuellement, le salaire moyen est taxé à hauteur de 50%. La N-VA a également proposé de geler les dépenses publiques après les élections pour plusieurs années.

Les textes ont été proposés lundi aux membres du parti en vue du congrès de la N-VA, qui débute le 31 janvier. "Ces documents déterminent comment nous voyons l'avenir à long terme", a indiqué le président de parti, Bart De Wever. "Nous devons nous débarrasser de la hausse des impôts, de l'augmentation de la dette et d'un(e administration) gouvernement(ale) sans cesse en croissance. La solution s'appelle le confédéralisme".

Le parti veut déplacer la perception de l'impôt en majeure partie vers les entités fédérées. Seule la compétence sur la TVA et les accises doit rester au niveau fédéral. Immédiatement après les élections, l'entièreté des dépenses publiques - fédérales, fédérées et des autorités locales - doit être gelé jusque 2016 au moins. C'est, selon la N-VA, la seule manière d'atteindre les objectifs budgétaires fixés par l'Union européenne.

"La Flandre sera responsable de la perception de l'impôt sur le revenu et nous baisserons ainsi la taxe sur les salaires moyens à 40%", a indiqué le chef de parti à la Chambre, Jan Jambon. "La tranche de 45% sera supprimée et celle de 50% sera réservée aux très hauts revenus."

La N-VA veut également supprimer l'indexation automatique des salaires. "Ce système sera remplacé par des accords sur les salaires fixés tous les deux ans par secteur", a expliqué le parlementaire.

"Le confédéralisme pour briser l'immobilisme"

À la fin de la conférence de presse de Bart De Wever, le vice-président du parti nationaliste, Ben Weyts, s'est également exprimé. "Le confédéralisme est pour la N-VA le moyen de briser l'immobilisme et assurer notre bien-être. Il ne s'agit pas uniquement de structures", peut-on lire sur le site du Soir.

"Le confédéralisme consiste à définir ensemble ce que nous voulons encore faire ensemble", a encore expliqué M. Weyts pour qui le confédéralisme est nécessaire pour maintenir et renforcer le bien-être de la Flandre.

Mercredi, la N-VA présentera le deuxième volet de ses textes, comprenant notamment la solution attendue pour Bruxelles et "l'avenir des six millions de Flamands dans la Belgique, l'Europe et le monde".

Nos partenaires