Le gouvernement va devoir trouver 1,760 milliard d'ici fin 2016

10/07/15 à 07:07 - Mise à jour à 07:07

Source: Belga

L'effort budgétaire supplémentaire à réaliser sera de 1,760 milliard pour les années 2015 et 2016, selon le rapport du Comité de Monitoring, transmis au ministre du Budget Hervé Jamar, indique jeudi soir le cabinet du ministre.

Le gouvernement va devoir trouver 1,760 milliard d'ici fin 2016

Hervé Jamar, ministre du Budget (MR) © BELGA/Virginie Lefour

Le Comité constate qu'un effort de 978 millions d'euros devra encore être consenti par l'Entité I (Etat fédéral et Sécurité sociale) pour 2015 afin de maintenir l'objectif d'une amélioration du solde structurel de 0,62% de 2014 à 2015. La différence par rapport à l'ajustement de mars 2015 s'explique principalement par une diminution des recettes fiscales et par le recalcul des recettes fiscales des régions, précise le cabinet du ministre. Force est par ailleurs de constater que les dépenses primaires sont restées sous contrôle, puisque le Comité de Monitoring les évalue à un niveau similaire à celui de l'ajustement budgétaire de mars 2015.

Pour 2016, le Comité de Monitoring estime qu'un effort additionnel de 782 millions d'euros devra être réalisé par l'Entité I afin de respecter le programme de Stabilité, qui prévoit une amélioration de 0,6% du solde structurel entre 2015 et 2016.

"La situation est toujours délicate à l'entame d'un conclave. Cela n'empêche pas que les défis à relever restent au rendez-vous et que le gouvernement s'attache à les relever en termes de relance économique, d'emploi et de compétitivité. Il est à noter que le Comité de Monitoring constate que les déficits s'amenuisent progressivement d'une année à l'autre. Cette amélioration témoigne déjà de l'effort accompli par le gouvernement!", estime le ministre du Budget Hervé Jamar.

Le rapport du Comité de Monitoring sera transmis au Premier ministre, aux Vice-Premiers ainsi qu'au ministre des Finances (pour les recettes fiscales) et à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique (pour les recettes et les dépenses sociales).

En savoir plus sur:

Nos partenaires