Le gouvernement souhaite rendre possible la pension à temps partiel

20/11/14 à 07:02 - Mise à jour à 10:10

Source: Belga

Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) propose la mise en place à l'horizon 2030 d'un système de retraite à points pour réformer les pensions. Le système sera analysé par le futur Comité national des Pensions en 2016. Le ministre évoque aussi la mise en place d'un régime de pension à temps partiel et un prolongement de carrière de 2 à 3 ans pour les enseignants.

Le gouvernement souhaite rendre possible la pension à temps partiel

/ © Reuters

"Dans le système à points, la pension sera calculée au départ d'un nombre de points accumulés par le citoyen au cours de la carrière. Les points seront placés sur un compte individuel et convertis en euros lorsqu'arrive le jour du départ à la retraite", lit-on dans la note. Le nombre de points dépend du rapport entre le revenu professionnel individuel du citoyen et le revenu moyen des actifs dans le régime spécifique (salarié, indépendant ou fonctionnaire) et de la longueur de la carrière individuelle par rapport à la carrière de référence dans le régime spécifique concerné. Daniel Bacquelaine évoque aussi la mise en place d'un régime de pension à temps partiel, qui serait accessible à partir de l'âge auquel on peut accéder à la pension anticipée. Le travailleur prendrait une partie de sa pension tout en continuant à travailler.

Faire en sorte que les enseignants restent un peu plus longtemps

Il faut faire en sorte que les enseignants restent un peu plus longtemps au travail, a déclaré jeudi le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) au micro de Matin Première (RTBF), évaluant à "deux ou trois ans" cette prolongation de carrière. L'estimation de la ministre francophone de l'Enseignement Joëlle Milquet d'une prolongation de six à sept ans "est totalement fausse".

"Il faut faire en sorte que globalement chacun travaille un peu plus longtemps", a-t-il déclaré, disant que pour les profs, cela signifierait qu'ils devraient travailler "entre deux et trois ans de plus, mais progressivement". Les interruptions de carrière seront toujours comptabilisées comme des années de travail si elles sont prises comme crédit-temps motivé. Le ministre des Pensions a assuré qu'on ne toucherait pas au mode de calcul des pensions des enseignants, mais il a défendu la nécessité des réformes. "Si on ne réforme pas, on met en péril les pensions de nos enfants et petits-enfants", a-t-il mis en garde. Il a rappelé qu'"aujourd'hui, ceux qui travaillent jusqu'à 65 ans, c'est moins de 10%", ce qui place la Belgique en queue de peloton européen. Daniel Bacquelaine rencontre ce jeudi les ministres de l'Enseignement des trois Communautés pour parler des pensions des enseignants.

En savoir plus sur:

Nos partenaires