Le gouvernement néerlandais va s'expliquer devant son Parlement jeudi en fin d'après-midi

24/03/16 à 14:31 - Mise à jour à 14:31

Source: Belga

(Belga) Le gouvernement néerlandais livrera jeudi en fin d'après-midi devant le Parlement les informations dont il dispose en lien avec les attentats de Bruxelles, ont annoncé les ministres néerlandais de la Justice et de l'Intérieur, Ard van der Steur et Ronald Plasterk.

Le gouvernement néerlandais va s'expliquer devant son Parlement jeudi en fin d'après-midi

Le gouvernement néerlandais va s'expliquer devant son Parlement jeudi en fin d'après-midi © BELGA

Les ministres devraient notamment s'expliquer sur ce qu'ils savent d'Ibrahim El Bakraoui, l'un des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles mardi, apparemment extradé de Turquie vers les Pays-Bas l'été dernier. Avant le début d'un conseil des ministres ce jeudi midi, le gouvernement néerlandais a indiqué qu'il était en ce moment même occupé à déterminer "avec précision" ce qu'il s'était passé avec le dossier de l'intéressé. "Nous informerons la Chambre dans le courant de la journée de ce que nous saurons alors", a indiqué le ministre de la Justice. On ignore encore ce qu'il est advenu d'El Bakraoui lorsqu'il ne s'est pas présenté fin juin auprès de son assistant de contrôle judiciaire. Libéré conditionnellement en octobre 2014, il devait en effet se signaler tous les mois. Il avait été condamné en 2010 à dix ans de prison pour une tentative d'attaque à main armée. En juin dernier, il avait été intercepté dans la ville turque de Gaziantep, à la frontière avec la Syrie. Deux semaines plus tard, il avait été expulsé par avion. Mais, selon le ministre belge de la Justice, El Bakraoui avait alors été renvoyé non vers la Belgique, mais vers les Pays-Bas. C'est cette affirmation que le gouvernement néerlandais cherche à présent à vérifier. Selon le quotidien NRC, un collaborateur de l'ambassade belge à Ankara aurait informé le 15 juillet les Pays-Bas de cette expulsion, survenue la veille. Mais, précise le journal, celui-ci n'aurait livré que le prénom et nom de l'intéressé, sans préciser les motifs de son expulsion, ni sa nationalité ou sa date de naissance, ce qui aurait compliqué l'évaluation faite alors par les autorités néerlandaises. La discussion sur l'affaire El Bakraoui doit commencer à 17h30 au Parlement néerlandais. (Belga)

Nos partenaires