Le gouvernement fixe 2020 comme année du retour à l'équilibre budgétaire

20/04/18 à 13:23 - Mise à jour à 13:23

Source: Belga

Le gouvernement fédéral a fixé 2020 comme année du retour à l'équilibre budgétaire, a annoncé vendredi la ministre du Budget, Sophie Wilmès, à l'issue du comité ministériel restreint.

Le gouvernement fixe 2020 comme année du retour à l'équilibre budgétaire

© Belga

Le 30 avril, la Belgique doit remettre à l'Europe son Pacte de stabilité 2019-2021. Ce document doit être soumis à la concertation avec les entités fédérées mais l'exécutif fédéral a d'ores et déjà établi pour sa part l'échéance du retour à l'équilibre structurel en 2020, suivant en cela l'avis du Conseil Supérieur des Finances rendu à la fin mars.

Initialement prévu en 2018, ce retour à l'équilibre a été reporté à plusieurs reprises pour ne pas entraver le regain de croissance économique, a justifié à chaque fois le gouvernement. "Ce gouvernement s'est engagé à coupler la politique d'assainissement budgétaire à la relance économique. Nous le voyons, ce travail a porté ses fruits", a souligné la ministre. "Nous avons divisé le déficit par trois en trois ans, tout en créant massivement de l'emploi. Les résultats sont là mais le travail continue".

Le Conseil Supérieur des Finances n'envisageait même plus un retour à l'équilibre sous cette législature. Dans son avis, il présente deux scénarios qui reposent tous les deux sur 2020, la seule différence résidant dans la répartition de l'effort sur les deux années à venir. Le Conseil insiste par ailleurs sur l'importance de l'investissement public. "Le niveau des investissements publics belges est faible par rapport à d'autres pays européens", relève-t-il. En 2020, ce niveau devrait se stabiliser à 2,45% du PIB à politique inchangée.

Le CSF "est d'avis qu'il est opportun d'augmenter les investissements publics, en particulier ceux qui ont un impact positif marqué sur l'activité économique, le potentiel de production de l'économie et la soutenabilité de la dette", ajoute-t-il.

Deux pistes s'offrent aux pouvoirs publics: accorder la priorité aux dépenses d'investissement dans la composition globale des dépenses, et plus particulièrement les investissements en infrastructures qui peuvent renforcer la croissance économique à long terme; mais aussi recourir aux partenariats public-privé pour construire, exploiter et entretenir des infrastructures ou équipements de service public.

Nos partenaires