Le flou demeure sur la communication de la décision de fermer le métro

11/05/16 à 18:45 - Mise à jour à 18:45

Source: Belga

(Belga) Les différentes auditions menées mercredi devant la commission d'enquête parlementaire n'ont pas permis de dissiper le brouillard qui entoure la fermeture du métro bruxellois le 22 mars.

Le flou demeure sur la communication de la décision de fermer le métro

Le flou demeure sur la communication de la décision de fermer le métro © BELGA

Le ministre de l'Intérieur a annoncé le 25 mars que cette décision avait été prise à 8h50. A 9h04, l'OCAM décide de passer au niveau de menace 4 et l'ordre est donné d'évacuer le métro. Il reste à savoir quand l'ordre a été notifié et par qui. Interrogé devant la commission d'enquête, le conseiller en prévention de la STIB a affirmé que le directeur général de la société de transport en commun, Brieuc de Meeus, avait décidé lui-même de fermer le réseau, dans les secondes qui ont suivi l'attentat à Maelbeek à 9h11. Le même conseiller a précisé que c'est la centrale 100 qui avertit la STIB des phases d'alerte décidées par le centre de crise. Un propos qui a fait sourciller Jean-Paul Labruyère, deuxième commandant du Service d'Incendie et d'Aide médicale urgente de Bruxelles: "c'est la première fois que j'entends ça. On a beaucoup d'autres choses à faire à ce moment-là". La question a pris un tour plus politique lors de l'audition du haut fonctionnaire (ancien gouverneur) de Bruxelles, Jean Clément. Il apprend vers 8h10 l'explosion à Zaventem, se rend au centre provincial de crise. A 8h42, en compagnie d'un conseiller du ministre-président bruxellois, il a confirmation de l'événement mais pas des dispositions prises. Il apprend à 8h50 de son officier de liaison au centre fédéral de crise que la phase fédérale du plan d'urgence est déclenchée et que c'est donc le fédéral qui prend la main. Il ne recevra toutefois pas de notification officielle. "Cela ne s'est pas passé à notre niveau ou celui du ministre-président. Je n'ai jamais eu connaissance d'une instruction donnée à l'administration régionale de fermer le métro", a expliqué M. Clément. L'intervention du gouverneur a surpris le MR. Pourquoi n'a-t-il pas, ou le ministre-président, pris l'initiative de déclencher le plan provincial de crise dès lors qu'il était informé des explosions de Zaventem? "Je me dis: tiens, est-ce que ça ne fait pas partie du problème? " a souligné Denis Ducarme. (Belga)

Nos partenaires