Le FDF se méfie de Charles Michel

17/01/11 à 09:46 - Mise à jour à 09:46

Source: Le Vif

Lors de la réunion du Conseil général du FDF, la formation bruxelloise a exprimé ses craintes quant au candidat à la présidence du MR, Charles Michel. Celui-ci n'aurait pas respecté les engagements du MR à l'égard du FDF au parlement de la Communauté française.

Le FDF se méfie de Charles Michel

© Belga

Le FDF craint que Charles Michel ne respecte pas les engagements du MR à l'égard de la formation bruxelloise et Caroline Persoons n'a pas hésité à rappeler que ces accords n'ont pas été respectés lors de la désignation des sénateurs de Communauté.

"Je ne décolère pas. La confiance est rompue. La proposition qui avait été formulée par le président Reynders et qui respectait les engagements à l'égard du FDF n'a pas été suivie par la chef de groupe au parlement de la Communauté française", a rappelé Caroline Persoons, députée bruxelloise et trésorière générale du FDF. Et d'ajouter: "Nous n'acceptons pas qu'on dise tout le temps que nous allons être remis à notre place". Cette déclaration, très applaudie, a eu lieu dimanche soir à Woluwe-Saint-Lambert, lors d'un débat qui opposait les deux candidats à la présidence du MR : Charles Michel et Daniel Bacquelaine, le chef du groupe à la chambre.

Charles Michel demande à être jugé sur ses actes M. Michel a répondu qu'il demandait à être jugé sur ses actes. Il a aussi souligné que lors de la désignation des sénateurs de Communauté, d'autres sections n'avaient pas eu ce qu'elles espéraient.

Daniel Bacquelaine, plus à l'aise sur la question puisqu'il est toujours resté fidèle au président, réplique pour sa part : "La vérité a ses droits. La proposition de Didier Reynders respectait les accords existants entre le FDF et le MR mais cette proposition a été refusée. Le tout s'inscrivait dans le conflit interne provoqué par la création du groupe renaissance".

Les déclarations des derniers jours de Charles Michel, quant à sa fermeté dans le dossier bruxellois et la défense des francophones ou l'importance du FDF au sein du MR, n'ont rien changé à la méfiance de la composante bruxelloise à l'égard du candidat Michel.

Par ailleurs, les deux candidats ont réaffirmé haut et fort qu'une scission de l'arrondissement de BHV était inacceptable sans élargissement de Bruxelles. Par contre, le MR est ouvert à des transferts de compétences et à une responsabilisation des régions pour autant que cela s'inscrive toujours dans un cadre fédéral, ont soutenu à l'unisson Charles Michel et Daniel Bacquelaine.

Aussi, les deux candidats ont souligné l'importance de s'opposer à l'enclavement de Bruxelles en Flandre. "Une telle situation serait aussi dommageable pour la Wallonie que pour Bruxelles et sa périphérie", a dit M. Bacquelaine.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires