Le doux châtiment belge des criminels de guerre allemands

22/11/15 à 10:13 - Mise à jour à 10:13

Source: Le Vif

Il y a septante ans, les dignitaires nazis répondaient de leurs crimes à la face du monde épouvanté. Loin du méga-procès de Nuremberg, la Belgique poursuit aussi ses criminels de guerre allemands. Elle y met nettement moins d'efficacité, d'ardeur et de sévérité qu'à châtier ses collabos.

Jamais encore on n'avait vu pareille concentration de tueurs de masse prendre place sur un banc d'infamie. Le 20 novembre 1945, la fine fleur de la barbarie nazie a rendez-vous avec ses juges et l'histoire Un casting à faire dresser les cheveux sur la tête : Göring, Keitel, Hess, Ribbentrop, Jodl, Doenitz, Speer, ils sont vingt et un au total à comparaître. La bande d'affreux est loin d'être au complet. Manquent à l'appel Hitler, leur Führer bien-aimé qui les a entraînés dans cette folie meurtrière, et quelques autres de ses âmes damnées, Goebbels, Himmler, Borman.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires