Le décret "Robin des Bois" n'est plus

30/04/10 à 09:55 - Mise à jour à 09:55

Source: Le Vif

Le gouvernement restreint tenu ce jeudi matin à Namur a annoncé son refus du plan "Robin des Bois" envisagé un instant par la ministre CDH de l'enseignement obligatoire de la Communauté française Marie-Dominique Simonet. Dix millions d'euros seront consacrés au financement des mesures d'encadrement différencié dans l'enseignement.

Le décret "Robin des Bois" n'est plus

© Belga

Au cours d'un gouvernement restreint tenu ce jeudi matin à Namur, il a été décidé de renoncer au projet "Robin des Bois" lancé par la ministre CDH de l'enseignement obligatoire de la Communauté française, Marie-Dominique Simonet. Les mesures visant à faire aider les écoles en difficultés par les écoles "mieux nanties" sont abandonnées, de même que les mesures annexes visant notamment le maternel. Ce décret prévoyait des transferts de fonds des écoles les plus riches vers les plus pauvres, sans apport de la Communauté, pour combler un manque de 25 millions d'euros dans le budget.

Après une brève rencontre avec le gouvernement, les représentants du front commun syndical SetCa-CSC-SLFP ont marqué leur satisfaction, constatant que toutes les mesures "qui fâchent" ont été abandonnées. "Nos actions ont payé", ont-ils affirmé, alors qu'une centaine de leurs affiliés ont manifesté bruyamment toute la matinée devant l'Elysette.

En revanche le gouvernement de la Communauté française débloquera dix millions d'euros pour le financement de mesures d'encadrement différencié dans l'enseignement. Les dix millions seront puisés dans les moyens supplémentaires dont disposera la Communauté d'après les prévisions du Bureau du Plan, a indiqué Marie-Dominique Simonet.

Le gouvernement devra trouver plus tard les quinze millions qui manquent encore pour financer les dernières phases du plan d'encadrement, dont l'objectif est d'aider les 20% d'écoles qui accueillent des élèves défavorisés. La ministre a expliqué qu'il s'agissait surtout de donner un signal à l'adresse des écoles en difficultés.

Levif avec Belga

Nos partenaires