Le dangereux marais bruxellois

16/11/17 à 12:19 - Mise à jour à 12:18

Source: Le Vif

La zone de police Bruxelles-Ixelles prise en défaut de préparation, des casseurs en liberté, la police d'Anvers appelée en renfort : les incidents du 11 novembre à la Bourse ont fait subir au bourgmestre Philippe Close (PS) sa première épreuve en tant que responsable du maintien de l'ordre. Les nouvelles échauffourées de la Monnaie, le 15 novembre, promettent un hiver chaud.

Hier, de nouvelles échauffourrées se sont produites à la Monnaie: des adolescents réunis à l'appel d'un "influenceur" français, Vargass92 (de son vrai nom Cyril Schreiner, plus de 600 000 suiveurs sur les réseaux sociaux), ont commis des déprédations dans la ville. Mais cette fois-ci, la police était présente avec son team d'arrestation (31 individus interpellés, dont quatre restent en détention). Catastrophiques pour l'image de Bruxelles, les incidents n'ont duré qu'une demi-heure et sont restés très localisés. Le bourgmestre Philippe Close (PS) a promis la plus grande fermeté, mais il n'a pas encore dit comment il allait, avec ses confrères de la Région bruxelloise, répondre aux critiques qui s'abattent sur la capitale depuis la soirée d'émeute du boulevard Lemonnier, le samedi 11 novembre, après le match Maroc-Côte d'Ivoire. Rudi Vervoort, président de la Région de Bruxelles-Capitale n'a pas non plus pris la parole, trop heureux, peut-être, de laisser l'arrogante Ville de Bruxelles se dépêtrer toute seule de ses difficultés. Et elles sont nombreuses. Les Plaisirs d'Hiver vont être placés sous haute surveillance, autant par crainte d'un attentat que des accrochages entre policiers et bandes de casseurs.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires