Le cdH ouvre la troisième voie de la politique équitable

28/03/15 à 17:43 - Mise à jour à 17:55

Source: Belga

Le président du cdH, Benoît Lutgen, a profité samedi d'un congrès à Marche-en-Famenne pour ouvrir la troisième voie de "la politique équitable". Sur le thème d'"Oser, partager, respecter", il a mis en avant la particularité revendiquée par les centristes francophones: le développement humain.

Le cdH ouvre la troisième voie de la politique équitable

© BELGA

Comme d'autres partis, le cdH profite de l'absence d'échéances électorales proches pour prendre le pouls de la population et faire émerger des idées nouvelles. Le congrès qui a réuni 1.683 militants était le premier grand rendez-vous de cette opération qui s'étale sur un an.

Les élections du 25 mai ont amené un profond bouleversement dans le paysage politique belge. La N-VA est entrée dans un exécutif fédéral dont seul les libéraux font partie du côté francophone. Le cdH a refusé de se lancer dans l'aventure.

Depuis la constitution du gouvernement Michel, la polémique politique est vive et se double d'une contestation sociale. "Qu'on arrête d'opposer systématiquement les citoyens entre eux, les pauvres contre les riches, les patrons contre les travailleurs. Même les Berbères et les Asiatiques! Faut le faire quand même.

Glorifier une race aux dépens de l'autre et imposer un supplice chinois à tout le pays. En réalité, le supplice n'est pas chinois, le supplice s'appelle N-VA. Nous leur avons dit 'non!' Maintenant, je suis certain que tout le monde comprend pourquoi", a souligné M. Lutgen, évoquant la querelle qui a entouré les propos de Bart De Wever sur le racisme.

La participation de ministres fédéraux à une fête nationaliste a également ulcéré le président du cdH. "Les libéraux s'indignent quand Bart De Wever s'attaque à la communauté marocaine mais le Premier ministre couvre la N-VA quand ils scandent 'que la Belgique crève!'. Dans les deux cas, c'est absolument inadmissible. Non, les Belges n'ont pas à se faire insulter par leurs propres gouvernants".

Le président des centristes francophones a ciblé le MR et ses "concessions répétées sur les valeurs". "Le ver est dans le fruit", a-t-il lancé. Le cdH entend se distinguer des "vieilles recettes" de la gauche et de la droite qui témoignent, selon lui, d'un "matérialisme exacerbé". Parmi les priorités d'une "politique équitable", M. Lutgen a mis en avant la lutte contre la fraude.

Dans le domaine fiscal, 20 milliards d'euros par an échappent à l'impôt, a-t-il rappelé. "Sans taxe nouvelle, sans augmentation d'impôt, sans sacrifice supplémentaire, 20 milliards pourraient être disponibles! Comment expliquer à nos citoyens, nos jeunes en particulier, les sacrifices imposés quand on voit la masse des capitaux évaporés?".

Pour ouvrir sa troisième voie, le cdH a lancé un appel appuyé aux jeunes et aux personnes issues de la "diversité". "Respecter, c'est reconnaître les différences plutôt que d'exacerber les particularismes. Au cdH, tous ceux qui veulent venir avec ce qu'ils sont, d'où qu'ils viennent, quelle que soit leur expérience, ils sont tous chaleureusement les bienvenus", a affirmé M. Lutgen.

En savoir plus sur:

Nos partenaires