Le cdH avance son plan pour maintenir les personnes âgées chez elles

03/02/16 à 16:43 - Mise à jour à 16:43

Source: Belga

(Belga) Le cdH a présenté mercredi un plan destiné à améliorer l'autonomie et la qualité de vie des personnes âgées en Wallonie et à Bruxelles, passant par une série d'incitants pour adapter l'habitat et les soins à domicile au "papy-boom".

Le cdH avance son plan pour maintenir les personnes âgées chez elles

Le cdH avance son plan pour maintenir les personnes âgées chez elles © BELGA

A politique inchangée, il faudrait ouvrir une maison de repos de 100 places toutes les trois semaines jusqu'en 2040 pour répondre au vieillissement de la population en Wallonie et à Bruxelles, ce qui n'est pas soutenable financièrement, selon le centre d'étude du parti. En outre, 22.000 personnes - soit un tiers des aînés séjournant actuellement en maison de repos - auraient préféré rester chez elles, souligne le président du parti Benoît Lutgen. Sans surprise, le cdH rappelle son soutien au mécanisme d'assurance-autonomie qui doit voir le jour en Wallonie dès 2017. A Bruxelles, les résultats d'une étude de faisabilité sont attendus pour la mi-juillet. Quelque 73.000 personnes pourraient en bénéficier dans les deux Régions. Mais il va plus loin en proposant d'atteindre 10% de logements adaptés d'ici 2040 (le double d'aujourd'hui), en adoptant une norme incitative de construction de logements facilement adaptables, en développant des primes et prêts à taux zéro pour y parvenir ("Qualipack"), en levant des obstacles au déménagement (passeport "sans frais", allègement sur les ventes viagères et droits de donation) ou en facilitant l'habitat intergénérationnel. Le Fédéral est aussi sollicité par ce plan "EVIA" (Emploi-Vie de qualité-Autonomie): réduction de TVA sur travaux, fiscalité de la cohabitation intergénérationnelle, soutien aux aidants-proches, etc. "D'ici 2040, l'économie budgétaire cumulée représenterait 2,24 milliards d'euros pour la Wallonie et 493 millions pour Bruxelles ; et 30.000 personnes n'entreraient pas en maisons de repos", commente M. Lutgen. (Belga)

Nos partenaires