Le CD&V veut un accord, mais "pas à n'importe quel prix"

26/08/11 à 11:57 - Mise à jour à 11:57

Source: Le Vif

Le CD&V n'acceptera pas un accord communautaire à n'importe quel prix, bien qu'il souhaite la réussite des négociations en cours pour la formation d'un nouveau gouvernement, a affirmé le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, un ancien président des sociaux-chrétiens flamands.

Le CD&V veut un accord, mais "pas à n'importe quel prix"

© Image Globe

"La marge de manoeuvre (autour de la note présentée par le formateur et président du PS, Elio Di Rupo) est relativement petite", a-t-il souligné lors de l'émission Matin Première de la RTBF-radio qui l'interrogeait depuis Courtrai où le CD&V célébrera samedi le dixième anniversaire de l'adoption de son programme confédéraliste et du changement de nom de l'ex-CVP.

"Il faut finaliser au plus vite ces discussions", a déclaré M. De Clerck, en insistant sur le rôle de "chef de file" flamand que joue à nouveau son parti - et son président, Wouter Beke - après le refus de la N-VA nationaliste de poursuivre sa participation aux négociations.

"Mais pas à n'importe quel prix", a souligné à plusieurs reprises le ministre de la Justice. Il a appelé les sept autres partis impliqués dans les négociations à "ne pas trop sortir" du cadre défini le 21 juillet dernier par les huit présidents de parti, en réponse à la proposition d'organiser une consultation populaire des habitants de la périphérie bruxelloise sur leur avenir lancée par le chef de groupe MR à la Chambre, Daniel Bacquelaine.

"Ils (les francophones) doivent bien comprendre que c'est une dernière chance", a souligné M. De Clerck, insistant aussi sur la nécessité de trouver "en préalable" à tout accord une solution pour la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV).

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires