Le CD&V provoque l'impatience de la N-VA

07/07/14 à 10:30 - Mise à jour à 10:30

Source: Le Vif

Bien que le président de la N-VA, Bart De Wever, ait prétendu avant les élections que la N-VA et le CD&V étaient capables de former un gouvernement en dix jours, six semaines après les élections il n'y a toujours pas d'accord au niveau flamand.

Le CD&V provoque l'impatience de la N-VA

© Belga

Selon le quotidien Het Nieuwsblad, le CD&V a ralenti les négociations le week-end dernier, ce qui suscite le ressentiment de la N-VA. Ce samedi, la N-VA et le CD&V ne se sont réunis que quelques heures. D'après me journal, "le CD&V n'ose pas sauter le pas, ce qui provoque l'impatience des nationalistes flamands".

Le CD&V hésite et temporise à l'heure de prendre les décisions importantes. Quel budget faut-il attribuer à quel domaine ? Faut-il lâcher l'équilibre budgétaire maintenant qu'il faut plus de moyens pour le bien-être ? Quid de la réforme de l'enseignement secondaire ? À l'heure actuelle, les négociateurs n'ont pas encore formulé de réponses à ces questions.

Plus tôt, les négociateurs avaient nuancé les tensions rapportées par la presse flamande. "Je dois dire qu'on en ressent peu" a déclaré Liesbeth Homans (N-VA). Selon le chef de file des négociations pour la N-VA, Geert Bourgeois, il s'agit uniquement de "saines discussions". Et le ministre-président sortant Kris Peeters ne voit pas non plus de "raison de devenir négatif".

Cependant, aucun parti n'avance le 11 juillet, jour de la Fête de la Communauté flamande, comme date butoir de la formation. "Le 11 juillet est peut-être une date symbolique, mais les symboles sont moins importants que le contenu" a déclaré Geert Bourgeois. Plusieurs membres du CD&V avaient déjà fait entendre qu'un accord d'ici le 11 juillet était impossible.

Nos partenaires