Le Bien-Être, seul domaine où la Flandre n'investit pas assez à Bruxelles

26/08/15 à 15:27 - Mise à jour à 15:27

Source: Belga

Le portefeuille du Bien-Être, de la Santé et de la Famille est le seul dans lequel la Communauté flamande n'investit pas assez en Région bruxelloise, a affirmé mercredi le député flamand et sénateur Karl Vanlouwe (N-VA) sur base d'une série de réponses ministérielles à ses questions écrites.

Le Bien-Être, seul domaine où la Flandre n'investit pas assez à Bruxelles

Photo d'archives (Musée de la Ville de Bruxelles). © Dieter Telemans

Le député a pu calculer ce déficit au regard de la "norme bruxelloise", l'engagement de la Communauté flamande à développer à Bruxelles une offre couvrant pour 30% les besoins de la population bruxelloise. Ce chiffre concerne le nombre de places dans les écoles et les crèches, mais aussi les investissements des différents ministères flamands à Bruxelles. Vu que les 355.000 Bruxellois concernés représenteraient un peu plus de 5% de la population totale de la Communauté flamande, chaque département politique de la Communauté flamande est censé investir ce pourcentage dans la Région-capitale.

Et grosso modo, c'est le cas, affirme Karl Vanlouwe, député flamand N-VA élu à Bruxelles et sénateur, qui a posé plusieurs questions écrites à ce sujet: la Flandre respecte la norme bruxelloise dans presque toutes ses compétences. Avec plus de 10% en matière d'intégration civique et sociale, elle dépasse même largement l'objectif dans ce domaine (Maisons du néerlandais, bureaux d'accueil et d'intégration, services de traduction-interprétariat, etc). A l'opposé, les compétences de Bien-Être, Santé publique et Famille n'atteignent pas la norme, avec à peine 3,04%, fait observer M. Vanlouwe. Après la 6e réforme de l'État, le budget prévu à cet effet doit plus que doubler, mais l'impact de cette augmentation sur les dépenses de la Communauté flamande en Région bruxelloise n'est pas encore connu, ajoute le député.

En savoir plus sur:

Nos partenaires