Le Belge, ce calimero de la route

31/07/13 à 15:01 - Mise à jour à 15:01

Source: Le Vif

La Belgique est, et reste, l'un des cancres européens de la route. La faute à qui ? À une certaine mentalité typiquement latine.

Le Belge, ce calimero de la route

Les voitures qui roulent en Belgique sont identiques à celles qu'on retrouve partout ailleurs en Europe, il y a des contrôles réguliers et nous avons même des règles plus sévères qu'ailleurs. Et pourtant... si l'on regarde les statistiques concernant les accidents, la Belgique se situe au niveau de l'ancien bloc de l'Est, pas vraiment la catégorie auquel on pourrait s'attendre.

Mauvaise attitude et laxisme sur la route

Pour le professeur Stijn Daniels de l'Instituut voor Mobiliteit (UHasselt), il n'y a pas de doute : ce triste constat est dû à notre mauvaise attitude et notre laxisme sur la route. Les statistiques sont là pour le prouver : les Belges sont deux fois plus nombreux à mourir sur la route que les Hollandais. Il est vrai que se comparer aux Pays-Bas, un pays qui possède l'un des meilleurs réseaux routiers au monde, n'est pas à proprement parler équitable. C'est tout simplement impossible, tant au niveau politique que financier, de transformer le sinueux réseau routier belge en un réseau routier de la qualité de nos voisins bataves. Pour y arriver, selon Daniels, "on devrait détruire des demi-villages" .

En même temps, l'excuse historique d'un mauvais réseau routier n'explique pas tout : des pays comme la Suède et le Royaume-Uni ne disposent pas de meilleures routes et ont pour plus de moitié moins de tués sur la route. Les contrôles n'y sont pas non plus plus fréquents. Non, la vraie différence, c'est qu'ils font preuve d'une plus grande discipline lorsqu'il s'agit de respecter du code de la route" selon Daniels. "Un Suédois se tient aux limitations de vitesse, même s'il n'y a pas le moindre radar l'horizon. La morale collective y veille : une loi c'est une loi".

Une mentalité typiquement latine ?

"Les Belges agissent en véritable dilettante lorsqu'il s'agit du Code de la route et cela a des conséquences mortelles" précise Daniels. "Cette nonchalance envers la loi serait à chercher du côté de nos origines latines. C'est comme si nous étions en permanence en mode Calimero : les autres ne cherchent qu'à nous museler et nous contrarier, même lorsqu'on est en voiture ! Et rien ne justifie cette méfiance puisque nous créons nous même via les politiques que nous élisons démocratiquement. Il faut convaincre le Belge que le Code de la route a une utilité, qu'il n'existe pas juste pour nous contrarier. Accepter cela permettrait de réduire drastiquement le nombre de tués sur la route.

(JVB)

Le dossier complet dans le Knack de cette semaine

Nos partenaires