Laurette Onkelinx et Pieter De Crem se querellent à propos de la création d'un centre Ebola

07/10/14 à 12:07 - Mise à jour à 12:07

Source: De Morgen

Alors que des chercheurs de la Northeastern University de Boston estiment qu'il existe 40 pour cent de risque que le virus Ebola touche la Belgique d'ici la fin du mois, Pieter De Crem (CD&V) et Laurette Onkelinx (PS) n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la création d'un centre Ebola à l'hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek.

Laurette Onkelinx et Pieter De Crem se querellent à propos de la création d'un centre Ebola

Pieter De Crem et Laurette Onkelinx © BELGA

Favorable à la création d'un centre Ebola au sein de l'hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek, la ministre sortante Laurette Onkelinx a déclaré qu'après concertation avec la Défense, on a pris l'option de la création d'une unité de traitement pour les patients atteints d'Ebola au sein de l'hôpital militaire". Ses propos sont rapportés par le quotidien De Morgen.

Malgré ce que pourraient laisser croire ses déclarations, Onkelinx se heurte à l'opposition de Pieter De Crem, le ministre sortant de la Défense. Ce dernier a en effet fait savoir au Morgen que la Défense ne dispose pas du budget nécessaire pour aménager une aile consacrée à Ebola à Neder-Over- Heembeek. "Le traitement de patients d'Ebola exige de nombreuses conditions de sécurité qui ont trait à l'aménagement du bâtiment. À l'heure actuelle, Neder-Over-Heembeek n'est pas prêt à faire fonction d'unité Ebola" a-t-il déclaré.

Les réserves de Pieter De Crem provoquent le mécontentement de la commission de la Santé publique. Ainsi, la libérale flamande Nele Lijnen se demande pourquoi De Crem ignore la catastrophe qui touche l'Afrique de l'Ouest alors qu'il n'hésite pas à envoyer des F16 en Irak.

Interrogé par De Morgen, un expert s'inquiète de la situation et se demande quel ministre coordonne l'accueil des victimes d'Ebola. "Selon moi, nous n'avons pas de coordinateur Ebola. Cette situation entraîne l'improvisation et l'incertitude. Il ne fait pas de doute qu'il y aura une solution. Cependant, il s'agira d'une solution improvisée, à la belge, néfaste pour affronter ce genre de catastrophe.

Nos partenaires