La Wallonie satisfait aux normes européennes de qualité de l'air

11/09/17 à 06:39 - Mise à jour à 15:42

Source: Belga

(Belga) La Wallonie satisfait aux normes européennes de qualité de l'air et s'engage en outre sur le chemin du respect des normes - plus sévères - de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), a affirmé lundi le ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio, en réponse à une mise en demeure de Greenpeace.

L'ONG reproche aux gouvernements wallon et flamand de ne pas suffisamment lutter contre la pollution de l'air, ainsi que de ne pas disposer d'un système de mesure adéquat, principalement pour les émissions de dioxyde d'azote (moteurs diesel). Greenpeace a effectué des tests à Bruxelles et Liège lors de la rentrée scolaire. Les enfants sont exposés à des quantités malsaines d'air pollué, conclut-elle. Le ministre Di Antonio (cdH) assure pour sa part que la Wallonie respecte les normes fixées dans la directive européenne en la matière, comme le prouve l'absence de procédure UE contre la Région. Là où cette directive appliquée au territoire wallon impose de définir six endroits pour placer des sondes et capteurs, la Wallonie en dispose de dix-huit, plus trois unités mobiles, ajoute le ministre. Ces dernières ont permis de mener récemment une étude qui a confirmé l'importance pour les automobilistes de ne pas laisser leur moteur tourner aux abords des écoles aux heures d'entrée et de sortie. La directive UE recommande de tendre vers les normes de l'OMS, qui sont plus sévères. "On va recevoir Greenpeace, pour vérifier si leurs résultats n'ont pas été comparés à ces normes, qui n'ont pas de valeur légale", commente Carlo Di Antonio. Pour renforcer davantage la qualité de l'air, le gouvernement wallon a déjà annoncé la fin du diesel en Wallonie d'ici 2030, via une fiscalité dissuasive et l'encouragement des communes à instaurer des zones de basses émissions. Le gouvernement annoncera en outre sous peu des mesures de verdissement de la flotte des véhicules publics dès 2018. Au nord du pays, certains endroits restent problématiques comme Anvers ou Hoboken, a reconnu la ministre Joke Schauvliege sur Radio 1, mais "la Flandre respecte les normes européennes", assure-t-elle. La ministre CD&V renvoie elle aussi aux mesures de son gouvernement en matière de fiscalité automobile et de zones de basses émissions. (Belga)

Nos partenaires