"La vraie attaque contre la N-VA viendra début 2014"

29/08/13 à 07:46 - Mise à jour à 07:46

Source: Le Vif

Tout tenter pour faire régresser le score de la N-VA : ce sera le leitmotiv du gouvernement fédéral. Pour Carl Devos, politologue à l'université de Gand, l'offensive anti de Wever commencera l'année prochaine.

"La vraie attaque contre la N-VA viendra début 2014"

© Lies Willaert

Carl Devos : "Une des motivations principales du gouvernement d'Elio Di Rupo, c'est de prouver qu'il travaille, qu'il réforme. C'est une réponse aux critiques incessantes de la N-VA affirmant que le fédéral ne fonctionne plus. Cela dit, la rentrée du gouvernement n'est pas un succès. Avec la loi réformant le financement des partis politiques, le débat sur les nominations politiques des top managers des entreprises publiques ou le dossier Dexia, la majorité fédérale conforte la N-VA dans ses critiques selon lesquelles le système ne fonctionne pas au service des citoyens mais uniquement pour lui-même. C'est évidemment exagéré, mais cela sonne bien. En cette période de crise et d'économies, la N-VA ne doit rien faire, elle peut se contenter de capitaliser sur les erreurs des autres.

Je m'attends à ce que cela change au début 2014. Des attaques ciblées contre la N-VA surviendront après son congrès sur le confédéralisme. Il reste en effet beaucoup de questions au sujet de ce qu'elle veut vraiment, que ce soit sur le plan institutionnel ou dans des domaines comme les pensions, la sécurité sociale... Elle devra montrer son vrai visage. Est-elle un parti radical ou modéré ? Une vraie alternative au gouvernement actuel ? On risque de lui opposer à ce moment-là que ses propositions ne sont pas réalistes voire révolutionnaires. J'espère que les partis de la majorité viendront toutefois avec des arguments plus fins que celui consistant à dire : c'est nous ou le chaos."

Dans Le Vif/L'Express de cette semaine, les autres défis du gouvernement Di Rupo, dès la rentrée :

- Le débat parlementaire sur la réforme de l'Etat
- Le budget
- Le fait que la campagne électorale a déjà commencé
- La création d'entreprises
- La fiscalité
- L'immigration

En savoir plus sur:

Nos partenaires