La très délicate enquête Kazakhgate

16/05/18 à 10:00 - Mise à jour à 10:15
Du Le Vif/L'Express du 10/05/18

Une première inculpation est tombée dans le dossier belge du Kazakhgate, sept ans après les faits et plus de trois ans et demi après l'ouverture d'une information judiciaire. Lenteur coupable ? Retour sur une enquête haute tension.

L'inculpation d'Armand De Decker pour trafic d'influence dans le Kazakhgate, qui est tombée le 4 mai, était attendue. Elle l'était même depuis fort longtemps. Jusqu'ici, l'absence d'inculpation donnait de l'eau au moulin du MR qui pouvait se distancier de l'ancien président du Sénat sans trop l'accabler. Dans une récente interview au journal Le Soir, Didier Reynders lui-même rappelait habilement, en évoquant la situation de son ami ucclois, qu'il n'y avait " pas de suite judiciaire pour le moment ". C'est désormais chose faite. Mais cette inculpation tardive pose la question de l'enquête judiciaire, de son rythme, de son efficacité, de ses difficultés, en France et plus particulièrement en Belgique.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires