La surveillance continue de Tihange 1 réclamée par l'Agence internationale de l'énergie atomique

06/02/15 à 07:56 - Mise à jour à 07:56

Source: Belga

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) demande que l'on s'assure de l'organisation d'un suivi continu de la gestion du vieillissement de tous les composants de la centrale de Tihange 1 durant son exploitation à long terme (jusqu'en 2025), lit-on sur le site internet de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

La surveillance continue de Tihange 1 réclamée par l'Agence internationale de l'énergie atomique

© Belga

En décembre 2013, le gouvernement Di Rupo avait décidé d'autoriser la poursuite, par Electrabel, de l'exploitation du réacteur nucléaire de Tihange 1, vieux de 30 ans, jusqu'en 2025. L'AFCN avait alors entrepris un processus pour s'assurer que celle-ci pouvait se faire de manière sûre, en demandant notamment à l'AIEA d'y mener, en janvier dernier, une mission dite SALTO (Safety Aspects of Long Term Operation) dont le but est d'"assister et de conseiller le pays demandeur quant aux aspects de sûreté liés à l'exploitation à long terme d'un réacteur nucléaire".

Dans ce cadre, 11 experts internationaux ont, entre autres, évalué la gestion des ressources humaines, des connaissances et du vieillissement des composants mécaniques et électriques.

En 2012, une 'pré-mission SALTO' avait eu lieu à Tihange, à l'issue de laquelle treize recommandations et suggestions avaient été émises. La mission qui vient d'être réalisée avait pour premier objectif de s'assurer de leur suivi. Six d'entre elles ont été jugées comme "complètement résolues" tandis que les sept dernières ont été considérées comme "ayant atteint un degré de résolution satisfaisant".

A l'issue de cette mission SALTO, l'AIEA a formulé trois recommandations et sept suggestions pour améliorer la préparation d'Electrabel. Sur son site internet, l'AFCN en retient principalement deux: "s'assurer de l'organisation d'un suivi continu de la gestion du vieillissement de tous les composants de la centrale durant l'exploitation à long terme de Tihange 1" et "veiller à finaliser l'implémentation des processus développés".

Pour l'AFCN, ces recommandations et suggestions n'incombent pas qu'à Electrabel. "Le gouvernement doit également définir un cadre approprié pour permettre l'exploitation à long terme à un niveau de sécurité maximal", estime-t-elle.

Une mission de suivi sera organisée à Tihange 1 en décembre 2016 afin d'évaluer les actions entreprises pour répondre aux recommandations et suggestions formulées lors des différentes missions. L'AFCN assure qu'elle "suivra avec attention l'implémentation de ces actions et veillera à ce que l'expérience acquise lui serve dans la gestion des six autres réacteurs nucléaires de Belgique".

En savoir plus sur:

Nos partenaires