La surpopulation carcérale affecte d'abord les prisons francophones

25/05/16 à 07:11 - Mise à jour à 07:10

Source: Belga

Les prisons de Forest (37,4%), Dinant (36,7%), Malines (36,7%), Jamioulx (35%), Namur (34%), Lantin (30%) et Mons (30%) affichent les taux de surpopulation les plus importants, ressort-il du rapport 2015 de la direction générale des établissements pénitentiaires, que La Libre Belgique a pu consulter.

La surpopulation carcérale affecte d'abord les prisons francophones

La prison de Lantin. © BELGA

La Belgique comptait en moyenne 11.040 détenus par jour sur 10.028 places disponibles, soit un taux moyen de surpopulation de 10,1%, en dessous des 15% en vigueur auparavant pendant plusieurs années. Parmi ces détenus, 483 (soit 4,4%) sont des femmes.

Le nombre d'internés détenus a lui diminué à 903 (8,2%), contre 1.087 (9,4%) un an plus tôt.

Une soixantaine de détenus en préventive libérés depuis avril à Lantin

Une soixantaine de détenus en préventive à la prison de Lantin ont été libérés en raison des conditions de détention non conformes à la dignité humaine résultant de la grève prolongé des gardiens de prison, rapporte Le Soir mercredi.

"Une chute de 60 détenus sur un mois, c'est rare", commente Marc Brisy, directeur de la prison de Lantin. Les raisons de leur libération ne sont pas uniquement liées à la grève, mais "les choses sont envisagées en faisant un rapport entre les faits commis et les conditions actuelles de détention", a confié un magistrat au Soir.

Une baisse de la population carcérale en détention préventive a aussi été constatée à la prison de Namur, de même qu'à Marche-en-Famenne. Cette baisse est toutefois moins significative car la situation y est un peu moins intenable.

En savoir plus sur:

Nos partenaires